Winter – Rick Bass

Si l’on vous disait que vous pouviez aller vivre où que vous voulez, où choisiriez d’aller? Rick Bass lui a décidé d’aller dans une zone perdue où sévit de terrible froid l’hiver, là où la neige est reine. Voulez-vous qu’il vous raconte son aventure?

Vous avez le titre « Winter » pour hiver, un fond blanc comme de nombreux Folio et une photographie de Kim Hart, avec une maison rouge entourée de neige. Voilà, le tableau est planté. On va partir en quête de ce lieu idéal que Rick et son amie Elisabeth recherchent pour peindre et écrire. De ville en ville, d’état en état, ils se renseignent sur cette maison dans laquelle ils veulent se poser. Mais quand a beaucoup d’exigence et peu de moyen, le lieu idéal ne se trouve pas si facilement. Jusqu’au jour où ils font la rencontre d’un agent immobilier, Ross « qui se mit à nous parler d’une vallée sauvage et magique, aux confins de la frontière canadienne, là-bas, tout près de l’Idaho. » Il n’en fallait pas plus pour inciter le couple à jeter un coup d’oeil même si sur place on ne trouve ni électricité, ni eau courante.

Direction, Yaak, là où la nature et l’homme vivent ensemble. « Nous avons su aussitôt que c’était là que nous avions toujours voulu vivre ». Le souci, c’est les trous dans les poches qui font que l’argent manque pour acheter une telle propriété. Cependant, la locataire va leur faire une proposition au delà de tous leurs espérances. Est-ce qu’il voudrait devenir les gardiens de la maison? Impossible de refuser. « Le problème immédiat, pressant, j’en avais conscience, c’était que l’hiver n’était plus éloigné que d’un mois peut-être. Or, je ne savais rien de l’hiver. Je ne l’avais vu auparavant, et j’éprouvais, dans cette attente, un véritable vertige de terreur, une transe d’émerveillement. » Puis la peur se transforme en fascination. « Première journée de ciel ouvert. Merveilleusement grise, froide, lourde d’humidité quand je me suis levé, mais finalement au milieu de mâtinée, le soleil se démène et finit par brûler un trou à travers la brume, diffusant du bleu plein la vallée. J’ai hâte de voir comment tombe la pluie, mais je sais bien que j’en aurais l’occasion ».

Puis la neige prend de plus en plus de place dans le journal de Rick Bass. « Il est presque minuit. Le bûcher regorge d’un bois magique. J’appelle de mes voeux un bon coup de froid, l’hiver le plus rigoureux jamais enregistré dans les archives ». Son rêve deviendra réalité car le froid sévira jusqu’à -39°. Comment ne pas se sentir un homme seul au monde face à une nature devenue blanche et ce à perte de vue. Un sentiment qu’il apprécie. Son regard sur lui-même se modifie et se bonifie. Il va chercher ce mélèze qu’il aime tant, qu’il coupe avec la tronçonneuse pour chauffer la maison. L’odeur du bois et la chaleur qu’il dégage contribuent à ce bien être qui envahit le couple petit à petit. Le fait d’être isolé les réconforte même s’ils lient de bonne relation avec leur voisinage assez lointain. Leur place est dans ce lieu. Maintenant leur personne est ancré sur ces terres. L’auteur n’oublie pas de nous donner des conseils : « Il faut fixer un morceau de carton devant le radiateur du véhicule pour retenir la chaleur du moteur. » « Il ne faut pas enclencher son frein à main quand on se gare par temps vraiment glacial – il risquerait de geler, et on resterait coincé. »

Puis le printemps arrive. La neige disparaît doucement et laisse une autre nature reprendre ces droits. Adieu univers blanc et bonjour la verdure. Il va falloir de nouveau s’adapter. Un défi qu’ils sont prêts à relever et je veux bien les croire. Rick Bass raconte avec simplicité et passion ces mois passés où le plaisir de vivre en harmonie avec la nature se fait comprendre page après page. J’avais même parfois l’impression de sentir ces grands froids et d’entendre la neige tombée. Jour après jour, son journal m’a emmené au plus proche de lui. J’ai eu l’impression d’avoir partagé quelque chose avec ce géologue. J’étais à ces côtés dans la voiture, assez peu solide pour aller à Libby, la ville la plus proche où on peut faire ses courses, aller au bar et passer des appels payants dans le reste du pays. Le temps de la lecture, je me sentais coupée du monde avec un sentiment de réconfort. Mais une fois terminée, il faut revenir à la réalité avec le monde partout.

Une lecture plaisante qui permet de faire une pause apaisante et singulière. On referme le livre avec l’envie de retrouver l’auteur pour une nouvelle saison.

Merci à La jument verte de m’avoir offert ce livre

Lire l’avis de Jument verte : « J’ai à la fois aimé ce regard aigu sur ce retour aux sources qui met bien en évidence nos habitudes de citadins, la disparition des mélèzes, les animaux croisés au détour d’un chemin…j’ai beaucoup aimé les pronostics pour deviner la date de la première neige : octobre, novembre, décembre…. »

Lire un extrait ici ou 

9 réflexions sur “Winter – Rick Bass

  1. Pingback: Challenge lecture 2019 – 50 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. J’ai adoré ce roman. J’ai adoré le voir – ou le lire – couper du bois. Couper du bois. Couper du bois, Une longue répétition de la vie dans ces extrêmes. Couper du bois. Taper à la machine. Couper du bois. Couper du bois comme une longue méditation mais qui est surtout un exercice de survie. Ce petit roman est un pur moment de bonheur et de bucheronnerie.

    • Ce n’est pas de longue description où il ne se passe rien. Un homme change de vie et se confronte à la nature et à lui même. C’est un peu différent. Et tout comme toi, je n’aime pas les nature writing 🙂

  3. Pingback: La PAL 2019 | 22h05 rue des Dames

  4. Pingback: Bilan culturel janvier 2019 | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s