Boni – Tome 2 – Un papy farceur – Ian Fortin

La vie de lapin n’est pas facile au quotidien. Le jeune Boni en sait quelque chose. Toutefois, il garde chaque jour son enthousiasme pour vivre une nouvelle aventure. 

Boni garde le sourire et il aurait de quoi être un peu triste. Il rencontre souvent Bruno qui lui vole son déjeuner et ces nouvelles affaires. Parfois, il se fait agresser tout comme son meilleur ami que l’on retrouve souvent avec des bleus et des bosses. Mais le quotidien des jeunes lapins ne se résument pas uniquement à cela. Les filles sont un sujet de grande curiosité. Comment les aborder et arriver à les séduire? Voilà de grandes questions dont les réponses ne sont pas faciles à trouver. Il y aurait le grand-père qui pourrait les aider. Sauf, qu’il a en horreur les enfants et surtout Boni. Pas le choix, le duo va expérimenter la vie avec naïveté et espoir.

Les gags en une page sur fond coloré énergique ont conquis les jeunes lecteurs de Spirou. Boni revient alors avec un second tome « Un papy farceur » avec toute sa famille. Une touche d’humour se veut présente page après page. Le jeune lapin a des parents qui n’hésitent pas à partir en vacances ou en week-end, en le laissant avec ces six petits frères à cause du budget. La gardienne n’est pas très sympathique, le grand-père est détestable et un autre enfant n’hésite jamais à le frapper. Ian Fortin crée une trame assez triste pour placer son personnage principale qui garde toujours le sourire qu’importe ce qui arrive. Certes une occasion de faire de rire mais au détriment d’une situation triste et malheureuse.

Boni un étrange lapin qui aurait plus besoin d’un gros câlin qu’une grosse carotte.

4 réflexions sur “Boni – Tome 2 – Un papy farceur – Ian Fortin

      • Non parce que nous sommes dans la bédé, réaliste, qui plus est, parce que hélas, des enfants se font battre à l’école et chez eux. Mais ici, c’est le second degré qui l’emporte et je ris, alors que dans la réalité, cela ne me fait pas rire… J’arrive à séparer les deux, c’est ainsi que je sais rire de blagues sur des sujets horribles, qui, dans la vraie vie, ne me font pas rire du tout.

      • Pourtant j’aime beaucoup le second degré et plus d’ailleurs, mais là je n’ai accroché. Peut-il faudra t’il que je relise quand j’ai le moral au top, peut-être que je percevrais le livre autrement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s