193 Problemi – Cirque électrique

Le chemin sous le chapiteau du Cirque Electrique nous guide au cœur de son ventre. Dans un espace enfumé, les quelques spectateurs viennent s’asseoir face à la scène où une table qui règne en maîtresse des lieux. Que se cache-t-il sous le nom de 193 Problemi ?

Il n’est pas facile tous les jours d’être artiste d’autant plus quand on fait du cirque. Les complications se rajoutent lorsqu’on bouge dans le monde où il faut toujours justifier de son identité et de la raison de sa présence. Mais la compagnie Laden Classe a décidé de s’inspirer de ces 193 problèmes rencontrés pour en faire un spectacle qui illustrera également leur savoir-faire. Elena Bosco, Leonardo Cristiani, Javier Varela Carrera et Enrico Formaggi ne manquent pas d’imagination, ni de maîtrisent dans leurs agrès. Portés, jonglages, trapèze fixe, manipulation de corps et d’objet, roue Cyr… et même pouvoir télé kinésique se montrent au spectateur curieux d’étonnement.

On trouve une logique à tout ce qui nous est raconté et même pas forcément avec des mots. Et d’ailleurs tant mieux car on ne comprend que bien rarement ce qui est dit. Le travail de lumière de Raffaele Biasco tombe toujours juste au bon moment pour mettre en avant ce qu’il faut. Cependant ce travail se trouve gâché par deux choses. Déjà, le nombre de gens au premier rang qui prenait des photos qui faisait d’une part du bruit avec leur appareil et de la gêne avec la lumière des écrans. Les artistes n’y sont pas trop pour quelque chose là-dedans. Puis ce qui m’a surtout dérangé, c’est l’agression sonore perpétuelle avec la musique d’accompagnement pré-enregistré. Là je n’ai pas compris ce choix de volume si fort, d’autant plus dans une petite jauge. Même avec mes bouchons d’oreilles que j’ai dû mettre pendant le spectacle, je me sentais attaquer physiquement. La sensation empirait lorsque se jouait de la guitare électrique trop forte et belliqueuse. Même s’il y avait des choses à voir comme le jeu d’acrobatie et de lumière avec les cactus, j’avais juste envie de fuir, juste pour me sentir tranquille et apaisé. Un choix étrange de mise en scène ou un souci technique non résolu qui a gâché toute la fantaisie que permettent les arts du cirque.

Une véritable déception car même si les artistes étaient présents avec énergie, force et folie, le volume excessif de la musique d’accompagnement a pris le dessus sur le spectacle. Il m’en restera un souvenir très désagréable d’agression à mes petites oreilles qui voulaient juste s’en prendre pleins les yeux.

Une réflexion sur “193 Problemi – Cirque électrique

  1. Pingback: Bilan du mois culturel de mai 2018 | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s