La fabrique des corps. Des premières prothèses à l’humain augmenté – Héloïse Chochois

Suite à un accident certaines personnes perdent un membre qui a dû être amputé. Une nouvelle histoire personnelle reste à se construire. Une occasion aussi de découvrir l’étonnante histoire de l’homme augmentée d’hier à nos jours. Attacher vos ceintures, le voyage se promet d’être enrichissant.

Héloïse Chochois aime les défis. Et pour la publication de sa première bande dessinée, elle a choisi un sujet assez atypique. Avec humour et savoir, elle va aborder le sujet du corps et de ses pièces manquantes. Pour éviter un long cours didactique sur le comment du pourquoi, on va suivre le parcours d’un jeune accidenté de la route. A son réveil à l’hôpital, il va se retrouver amputé d’un bras. C’est alors que s’entame un dialogue avec l’image d’Ambroise Paré accroché au mur de sa chambre. Le célèbre chirurgien du 16ème siècle va par la suite le guider à la découverte et à la compréhension de l’évolution des techniques d’amputations à travers le temps.

Quatre chapitres divisent l’histoire : l’amputation, le fonctionnement du syndrome du membre fantôme, la pose de la prothèse puis sur la question de « l’homme augmenté ». Les thématiques peuvent paraître assez peu attirantes. Mais il ne faut pas se fier à l’appréhension que l’on peut avoir sur le corps et son fonctionnement. Héloïse Chochois avec son trait vif à l’art de raconter les choses. Elle vulgarise avec talent toutes ces choses qui peuvent paraître compliquées. L’histoire est construite avec d’un côté l’apprentissage autour de la médecine et de l’autre côté la vie quotidienne du jeune garçon. Ainsi on alterne avec les pages en couleur et les pages en noir et blanc. La frontière est visuellement identifiable même si l’angle choisi est plus la technique que le ressenti humain. Le temps passe pour le jeune homme qui gère mieux son handicap et dans la progression des techniques.

Les premières amputations dates toute de même de -10 000 avant 0. On constate que les guerres sont des périodes de grandes expérimentations. Les blessées graves ne manquent pas alors on peut tester directement et voir l’effet immédiat. Fini le Moyen Age où l’on plongeait le corps coupé dans l’huile bouillante puis on cautérisait au fer rouge. Puis quand on a mieux compris comment fonctionnait le corps avec nerfs, veines, artères, les amputations devenaient moins mortelles. Ambroise Paré est l’un des premiers à penser à ligaturer les veines avant de refermer les moignons. Toutes les évolutions présentées sont vraiment très intéressantes. D’autant plus que l’illustratrice scientifique ouvre à la fin de l’ouvrage vers le transhumanisme et l’homme augmenté. Des modifications humaines plus abouties que la simple pose d’une prothèse. Toutefois cela commence à poser des questions sur le rapport entre technologie et corps. Le fantasme de l’homme futur généré par la science-fiction est-elle possible ou une simple fiction ? Ambroise Paré posera même des questions :« Comment garantir une égalité́ de traitement pour tous les malades avec ces dispositifs, alors que leur coût va forcément engendrer des inégalités ? » qui sont des questions qui sont dans l’air du temps.

Héloïse Chochois nous livre un travail d’orfèvre sur un sujet assez tabou. Un vrai régal de lecture dont vous ressortirez ravie et enrichi. 

2 réflexions sur “La fabrique des corps. Des premières prothèses à l’humain augmenté – Héloïse Chochois

  1. Pingback: Bilan culturel du mois d’avril | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Octopus, une collection savante | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s