Le jour d’avant – Sorj Chalandon

Le livre s’intitule « Le jour d’avant » mais n’y voyez guère un roman de science-fiction. Sorj Chalandon a décidé de vous prendre par la main pour vous raconter l’histoire de gueules noires. Celles qui dans la noirceur des mines du Nord se ruinaient la santé avec la peur au ventre de perdre leur vie et leur famille. Michel y a perdu plus qu’un frère.


4ème de couverture
« Venge-nous de la mine », avait écrit mon père. Ses derniers mots. Et je le lui ai promis, poings levés au ciel après sa disparition brutale. J’allais venger mon frère, mort en ouvrier. Venger mon père, parti en paysan. Venger ma mère, esseulée à jamais. J’allais punir les Houillères, et tous ces salauds qui n’avaient jamais payé pour leurs crimes.


Ce que j’en ai pensé ?
Le nouveau roman de Sorj Chalandon a été un vrai coup de cœur chez de nombreux libraires. Un succès qui peut s’expliquer déjà par la belle plume de l’auteur. Son métier de journaliste doit y être pour quelque chose dans la maîtrise de la langue. Une certaine lenteur, douceur se créer au fur et à mesure du récit. Pas d’empressement, pas de fougue. Il ni en a pas besoin pour aller se perdre dans les tréfonds de l’âme humaine. Il nous raconte Michel Flavent, un homme presque sans histoire s’il n’avait pas perdu son frère et son père. La mort de son frère a été un vrai bouleversement pour lui et tout a basculé. Comment grandir normalement ? Surtout en retrouvant un an plus tard son père mort, pendu ? Alors il faut s’accrocher à quelque chose, une histoire par exemple. Lui va choisir le 27 décembre 1974 qui tua 42 mineurs dans la fosse 3 bis de Lievin. Son frère est mort peu après. La mine a tué son frère. Il va falloir crier vengeance.

L’auteur nous donne chapitre par chapitre quelques brides d’informations pour nous laisser le plaisir de découvrir ce qui va se passer. On ne peut pas vraiment le devinez. Un style d’écriture qui me fait penser à la littérature japonaise, tout en délicatesse et en subtilité. Les mots accompagnent le lecteur en l’entourant chaleureusement pour lui faire entendre la souffrance des hommes, les blessures de la culpabilité et le remord de ne jamais trouver le réconfort. Car au cœur de ces phrases qui se suivent avec respect se trouve non pas un accident tragique sur fond économique mais l’Humain. Cet être de chair, de sang qui doit avancer avec ces peines et ces remord. Pas de côté voyeur juste un voyant sur ce qui fait de nous ce que nous sommes. La simplicité des mots contrecarre la complexité d’une personnalité. Les pages se tournent tranquillement afin de permettre une rencontre avec l’imaginaire. Le roman fini, pas de joie et pas de tristesse. Ce qui arriva devait arriver. Un moment d’échappement qui ne provoque pas tellement d’émotion. Est-ce le plus important ?

Lire Sorj Chalandon est plus une envie d’une rencontre avec une plume recherchée qu’avec une histoire. C’est mettre de la poésie dans la vie là où il de la noirceur. 

Lire l’avis de Plaisir à cultiver : « « Le jour d’avant » est un mélange de colère, de tristesse, c’est un bel hommage rendu à l’ensemble des mineurs qui ont laissé leurs vies au fond de la mine : ceux morts dans la fosse St Amé et ceux morts à petit feu de silicose. »

Lire l’avis de Yuko : « Comme souvent, Sorj Chalandon redonne une voix à ceux qui ne peuvent plus en faire usage, réhabilite les oubliés de l’histoire et les déchus des honneurs. Des gens simples et fiers, qui ont réellement existé et sont morts à cause d’un labeur trop dur et d’une vie trop noire. »

L’avis de Madimado’s : « Ca prend aux tripes, ça m’a même fait verser une petite larme, c’est dire ! J’ai trouvé ce roman magistral, un très beau texte qui m’a permis de commencer cette rentrée littéraire en beauté. »

L’avis de Motordus : « Je me souviendrai longtemps du réquisitoire du procureur général qui tient en haleine et surtout nous donne l’envie de justice. »

2 réflexions sur “Le jour d’avant – Sorj Chalandon

  1. Pingback: 6ème édition du Prix Libraires en Seine | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Challenge lecture 2018 – 150 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s