Tebori – Tome 3 – José Robledo et Marcial Toledano

Sous l’encre se cache bien des secrets qui ne doivent jamais être dévoilés. Si l’un venait à être connu, des têtes devront tombées. Est-il possible de pouvoir s’en sortir sain et sauf même si l’on est innocent ?


4ème de couverture
Ancien membre d’un gang japonais, Yoshi est placé chez un maître tatoueur qui lui apprend le métier. Mais, alors qu’il pensait ainsi échapper à la violence, il se trouve au contact de dangereux yakuza qui fréquentent le salon. Quant à la jeune femme si séduisante qu’il vient de rencontrer, elle porte, tatouée dans le dos, une créature ailée. Or ce motif, Yoshi le connaît : il l’avait imaginé pour le compte d’un chef yakuza… Quels sont les liens entre le milieu et cette femme ? Quelle est la signification de tout cela ? De fil en aiguille, Yoshi découvre l’existence d’une menace bien plus sérieuse qu’il ne l’imaginait… La conclusion de cette formidable trilogie qui, comme le souligne BDgest, nous offre « une narration maîtrisée et habile dans un écrin toujours plus beau » !

 


Ce que j’en ai pensé ? 
Le tome 2 s’était terminé avec une tête coupée, des yakuzas en colère, la police américaine mécontente et un jeune tatoueur complètement paumé. J’avais hâte de découvrir la suite des aventures, comment tout cela allait pouvoir se décanter. Du gros vilain, nous allons en avoir. Takeshi Mitsumune n’a pas été un patron chez les Yakuza pour rien. Le sabre et le combat à main nu ont du sens pour lui. D’ailleurs, plus d’un en a tâté et n’en est jamais revenu. C’est un peu le souci lorsqu’on a la rancune tenace et que l’on n’est pas vraiment un homme d’honneur. Yoshi se fait un peu de souci.

Dans ce dernier tome, la violence explose aussi bien du côté de la nature que du côté des hommes. Tueur à gage, chef yakuza, tremblement de terre, combat à l’épée… tout y passe avec un mélange entre tradition et modernité nipponne. Le découpage permet de donner une dynamique valorisant les montées de tension. Marcial Toledano maîtrise parfaitement son art. En plus, les couleurs assez intenses donnent de l’épaisseur à ces histoires qui s’entrecroisent pour arriver vers un point final. Les détails sont présents dans les détails précis des tatouages que l’on voit assez bien. Il ne faut pas oublier que c’est un peu le cœur de l’histoire. Le titre de la trilogie est Tebori. J’ai beaucoup aimé la représentation du corbeau et sa présence dans la réalité du personnage principal. Il n’est pas forcément annonciateur de malheur. La fin n’inaugure-t-elle pas un nouveau départ en terre américaine ?

Une fin de trilogie pleine d’énergie, de fougue, de passion et de colère. Les fans d’action et de Japon vont être servis.

Mon avis sur le tome 1 et le tome 2

6 réflexions sur “Tebori – Tome 3 – José Robledo et Marcial Toledano

  1. Pingback: Challenge lecture 2018 – 150 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturel du mois d’avril | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s