Bô – 13ème art

Le public est au rendez-vous pour voir au 13ème art, Bô. Une création où participe la musicienne Catherine Lara. Les fans de l’artiste sont là et trépigne d’impatience de retrouver celle qui a su les toucher en musique. La satisfaction sera t’elle au rendez-vous? 

L’affiche du spectacle Bô est très alléchante. Un fond bleu et jaune chaleureux, des ombres allants de l’avant et une photo retravaillé de Catherine Lara. L’artiste est à l’initiative du spectacle dont elle a composé en partie la musique. Giuliano Peparini va s’occuper de l’écriture et de la mise en scène. Ils ont fait le choix d’un spectacle choral. J’avoue que c’est bien dommage. Car les thématiques choisies sont toutes bien tristes et on va passer du harcèlement scolaire, au triste sort de migrants, à la prostitution en passant par la violence conjugale. Les tableaux se suivent les uns après les autres. Pour éviter juste de sombrer dans la dépression, dix artistes viennent danser et faire un peu de cirque sur la grande scène. Le talent est au rendez-vous car les chorégraphies sont réalisées avec une grande précision et beaucoup de souplesse. Le tout est accompagné de grands modules en bois qui sont déplacés dans chaque tableau. Sur l’ensemble, des projections prennent place. Les images se trouvent vraiment travaillées et très précises. Un vrai régal pour les yeux surtout que l’on voit un travail aussi bien fait très rarement. Et cela compense tout le reste.

Je ne suis pas une fan de Catherine Lara. Et niveau violon, j’avais plus une préférence pour le travail de feu Didier Lockwood. Sa présence sur scène n’est pas vraiment utile car presque toute la musique est déjà enregistrée. Mais il faut dire que la plupart des gens dans la salle sont là pour voir cette artiste qu’ils aiment. Dans la file d’attente, on entend murmurer son nom et des gens à la fin se lèvent en le clamant. Le spectacle aurait-il un sens sans elle? Est-ce que le public se déplacerait sans cette tête d’affiche? Je crois que non. Le spectacle en lui-même manque d’un fil conducteur que l’on pourrait suivre et nous laisser le temps de nous attacher à des artistes. Et l’aspect cirque est très discret avec un peu de mât chinois et un fil souple. J’ai beaucoup aimé le court numéro sur le fil souple, surtout que le fil apparait comme par magie à travers toute la scène. Puis un circassien et fait son numéro. D’ailleurs, on ne le reverra du spectacle.

Un spectacle plein de promesse qui s’essouffle très vite. C’est bien dommage.

Une réflexion sur “Bô – 13ème art

  1. Pingback: Bilan culturel du mois d’avril | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s