Le goût d’Emma – Emmanuelle Maisonneuve, Kan Takahama et Julia Pavlowitch

Emma vient d’être promue inspectrice dans le célèbre « Guide Michelin ». Son rêve vient enfin de se réaliser. Un métier épuisant mais au combien passionnant. Chaque jour de nouvelles découvertes qui lui chatouillent les papilles.


De quoi ça parle? 
La cuisine, c’est toute sa vie à Emma. Et son rêve ultime après avoir travaillé de grands maîtres cuisiniers, c’est d’intégrer le fameux Guide Michelin. Quand un poste a été ouvert, elle a envoyé sa candidature. Le stress était au rendez-vous jusqu’au jour de cet appel qui l’informe faire partie de la sélection. Va-t-elle pouvoir être l’heureuse élue qui va intégrer ces voyageurs du goût et de l’hébergement ?

La réponse ne tarde pas. Elle aura le poste et va s’investir à 200% quitte à laisser de côté sa relation amoureuse. C’est un métier exigeant, qui permet peu de disponibilité pour ces amis et famille mais qui permet de faire des découvertes étonnantes. En plus, c’est la première femme à ce poste et les attentes sont d’autant plus grandes à son attention. Une nouvelle vie s’ouvre à elle avec des surprises qui sauront lui ravir le cœur.


Ce que j’en ai pensé ? 
Emmanuelle Maisonneuve a décidé de partager son expérience en tant qu’inspectrice pour le guide de recommandation. Une aventure qu’elle a beaucoup appréciée. Alors elle a décidé de franchir le cap du vécu à celui qui raconte. Pour arriver à cela, elle s’est entourée d’une mangaka, Kan Takahama et d’une scénariste, Julia Pavlowitch. Même si le dessin ne nous semble pas assez abouti, l’histoire est assez intéressante. Il y a également la petite touche de love story qui pointe son de nez. De la nourriture et de l’amour, voilà deux ingrédients qui sont presque garant du succès. Et comme ces sujets sont aussi tendance au Japon, le plus gros éditeur japonais, Kodansha, a décidé de le pré-publier dans le magazine, Morning avant l’édition reliée. En plus, une petite partie est consacrée à la cuisine japonaise avec un sacré hommage à l’importance du goût. 

Cette bd n’est pas sans me faire penser à Aya, conseillère culinaire de Saburô Ishikawa. On retrouve le plaisir de manger et de la découverte de saveurs. Même si Aya est plus proche de Philippe Etchebest dans Cauchemar en cuisine et en version gentille, les similitudes sont multiples. En plus, la mode est à la cuisine avec ces émissions de télévision, cours et livres de cuisine. Quel régal alors pour le lecteur de suivre les découvertes de plats mais aussi de personnes passionnées. Les pages se dévorent avec gourmandise. Mais lorsque nous arrivons à la dernière page, on n’en veut encore. Est-ce une façon peut-être de préparer le lecteur à un tome 2? 

Alors éteignez votre télévision et plongez vous dans les pages qui vous donneront l’eau à la bouche. 

 

2 réflexions sur “Le goût d’Emma – Emmanuelle Maisonneuve, Kan Takahama et Julia Pavlowitch

  1. Pingback: Challenge lecture 2018 – 100 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturel du mois de mars | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s