Betty Boob – Véronique Cazot et Julie Rocheleau

Le crabe a pris place dans le sein d’Elisabeth. Elle n’a pas le choix de devoir s’en séparer et de devoir accepter son corps, maintenant différent. La jeune femme tente de faire bonne figure mais le il faut du temps pour cicatriser et s’accepter. Parfois, c’est de grande déception que naissent les plus belles choses.


Un sein s’il vous plaît !
Pas besoin de se mettre à table pour trouver du crabe. Certains sont plus insidieux que d’autres et prennent place dans le corps des gens. Pour Elisabeth, c’est en son sein gauche qu’il trouve refuge. Pour elle pas le choix de subir une mastectomie. Mais comment travailler avec un sein en moins lorsqu’on est sexy serveuse ? On ne peut pas. Elle est renvoyée sur le champ. Et quels regards vont porter les gens sur elle ? Elle s’inquiétait surtout de celui de son petit ami. Son regard est fuyant et son comportement pas très rassurant. Après le fait de ne plus avoir de travail, il faut se résoudre à ne plus avoir de petit ami. La quatrième de couverture nous avait prévenu : «Elle a perdu son sein gauche, son job et son mec. Elle ne le sait pas encore, mais c’est le meilleur jour de sa vie». A partir du constat qu’il n’y a plus rien à perdre on ne peut que se dire que l’on a tout à y gagner maintenant. C’est à partir de là que toute la vie d’Elisabeth va changer.


Dans le silence des bulles naît des images pleines de force
C’est la couverture pleine de vie et de couleurs qui m’a donné envie de me plonger dans cette bd. Je n’ai pas été déçue du voyage. On pourrait être surpris qu’il n’y a pas de texte car en tournant les pages. Cependant, j’avais l’impression d’entendre les personnages parlés. Je pouvais entendre leurs échanges, la musique, les cris de joie… Mais non, juste de magnifiques dessins et d’incroyables couleurs au service d’une histoire positive et pleine d’optimisme. La différence ne veut pas dire que l’on a pas le droit de pouvoir bénéficier de sa liberté. Même dans les moments de doutes, notre héroïne est une femme touchante et pleine de ressource. Elle devient une Betty Boob flamboyante. Comme j’aimerais aller la voir un soir dans son cabaret et m’enivrer de la bonne humeur ambiante. Les pages se tournent l’une après l’autre avec un ravissement pour les yeux et aussi une bouffée d’oxygène pour le cœur. J’ai refermé la bd pleine d’envie, de force et un sourire sincère aux lèvres. Une chose qui m’arrive rarement et que je recommande très chaudement à tous les lecteurs qui n’auraient pas encore tenter l’aventure.

Lire Betty Boop n’est pas seulement prendre une belle leçon de courage c’est aussi une occasion de remettre de la beauté dans sa vie.

Lire l’avis de Bricabook : « Betty Boob ou comment cette femme qui a tout perdu renaît de ses cendres et flamboie avec cette fabuleuse grâce et énergie. Une BD qui en envoie et qui pulse, tels ces fils muets des années 30. Comment ne pas être touché coulé en refermant cet opus ? Fabuleux. »

Lire l’avis de Noukette : « De quoi mettre du beau sur les maux du corps et de l’âme. Il y a de ça dans l’inventivité dont font preuve les auteures pour sublimer le corps meurtri de Betty. Il y souffle un joli vent de fraicheur, de fantaisie, de sensualité et d’optimisme. Une explosion de couleurs, d’humour et de douce folie. »

6 réflexions sur “Betty Boob – Véronique Cazot et Julie Rocheleau

  1. Pingback: Challenge lecture 2018 – 100 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturelle Février 2018 | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s