Le Joueur d’échecs – David Sala

David Sala a décidé de se lancer un défi de taille en adaptant le roman de Stefan Zweig : Le Joueur d’échecs. Une histoire courte, pleine d’intensité, à la limite de la folie, qui met l’homme face à l’Histoire et ces limites. Un petit bijou graphique qui ravira aussi bien les adeptes de l’auteur que les passionnées du 9ème art.


Echec et mat et folie
C’est en plein cœur du conflit de la seconde guerre mondiale que Stefan Zweig écrit « Le Joueur d’échec ». Une histoire qui oppose deux joueurs d’échec très talentueux. Cet affrontement inattendu se déroule sur un paquebot en partance de New York pour Buenos Aires (Argentine), en 1941. Le champion du monde en titre, Mirko Czentovic, affronte un simple passager qui se trouve un fin tacticien qui manque toutefois de patience. Il jouera sur cet élément pour mettre cet homme étrange à sa merci. Il n’aurait pas joué depuis plus de vingt ans. Mais il n’est pas un simple aristocrate en voyage. Il a été enfermé par la Gestapo dans une pièce silencieuse pour l’inciter à révéler tout ce qu’il sait sur les juifs et les fonds de pension. Etre soi-même face à la solitude sans aucune occupation possible entraîne l’homme vers le chemin de la folie. Il a pu s’en sortir de justesse grâce à un livre sur les échecs. Ainsi heure après heure, jour après jour, il a appris tout le livre, toutes les parties et s’est même inventé un double pour l’affronter. Le jeu d’échec est devenu son obsession et plus rien autour n’avait de réalité. La folie l’a alors gagné et lui a surement sauvé la vie. Cette partie réelle avec un joueur confirmer ne risque-t-elle pas de le rebasculer vers une autre dimension sans risque d’échappatoire ?


Sur la route de l’étonnement 
J’adore ce texte qui est d’une puissance étonnante. Et même au théâtre, les mots prennent vie pour toujours nous emmener aux côtés de ce joueur. Alors après la lecture du livre, avoir vu des lectures/adaptations au théâtre, il m’était impossible de ne pas me lancer dans la lecture de la bd. J’étais un peu hésitante pour la lire à cause du visage très dur des personnages mais l’univers coloré m’a convaincu. L’univers graphique est extrêmement étonnant et un plaisir pour les yeux planche après planche. Il y a une recherche dans les moindres détails comme les motifs des papiers peints et des robes des dames. On verra des références Gustav Klimt, Egon Schiele et même M.C. Escher.

La couleur verte qui se décline avec de multiples nuances créée une ambiance très particulière. Elle mène le lecteur doucement vers cette folie à laquelle il est bien difficile d’échapper. David Sala joue d’autant plus avec le lecteur avec l’alternance des dimensions des cases, gros plans, dessins panoramique, pleine page… Et puis, c’est normal de jouer avec des cases quand le récit à comme toile de fond les échecs.

Tout est fait pour montrer la complexité d’un récit qui n’est pas si simple. Et on va en prendre les yeux. Je me suis même arrêtée sur des pages juste pour les admirer et tomber sous le charme du travail à l’aquarelle du dessinateur.

Un livre qui s’apprécie dans son entièreté et que vous allez aimer. Ne passez pas à côté de cette lecture étonnante et subjuguante.

L’avis de Titine : « « Le joueur d’échecs » est un immense coup de cœur. Le travail visuel, le découpage sont absolument extraordinaire. C’est une totale réussite, un véritable ravissement pour le lecteur. »

L’avis d’Au milieu des livres : « Un album à lire comme on visiterait un musée. »

4 réflexions sur “Le Joueur d’échecs – David Sala

  1. Pingback: Bilan culturelle Février 2018 | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Challenge lecture 2018 – 100 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s