Edelweiss – Cédric Mayen et Lucy Mazel

L’Amour n’a pas de frontière. Pour l’amour de sa belle, on est prêt à franchir des montages. Edmond est l’exemple même de ceux qui suivent leur coeur pour être toujours heureux. Qu’en diriez-vous d’aller cueillir un Edelweiss?  


4ème de couverture
Si l’amour est capable de déplacer des montagnes, il peut aussi aider à les gravirÉté 1947, Boulogne-Billancourt. Lors d’un bal typique de l’après-guerre, Edmond, jeune ouvrier chez Renault, rencontre Olympe, fille de politicien. Il ne se doute pas qu’elle va bouleverser sa vie. Passionnée d’alpinisme, la jeune femme n’a qu’un rêve : escalader le Mont-Blanc pour égaler la prouesse de son aïeule Henriette d’Angeville. Malgré son manque d’expérience, Edmond promet qu’il l’aidera à le réaliser. Seulement, le train-train quotidien et plusieurs drames vont petit à petit émousser leur détermination… Mais qu’importe, l’amour est plus fort que tout, dit-on. Et s’il est capable de déplacer des montagnes, il peut aussi aider à les gravir.Avec Edelweiss, Cédric Mayen signe une belle histoire d’amour malmenée par le vent des cimes. Un roman graphique émouvant, emporté par le trait délicat et sensible de Lucy Mazel, qui confirme l’étendue de son talent après le remarqué Communardes ! ? Les Éléphants rouges. 


Ce que j’en pense? 
Olympe est une jeune femme indépendante. C’est au soir de l’été 1947, qu’elle a rencontré Edmond qui était venue avec une autre demoiselle. Très vite, c’est devenu une évidence. Ils sont faits pour être ensemble. Mais voilà que le père n’est pas très favorable à cette union car le jeune Edmond est un simple ouvrier à Boulogne-Billancourt. Alors il va tout faire pour être digne d’épouser la belle. Le cadeau du beau papa va être de taille. Il va devoir faire son service militaire à Chamonix. Ainsi, il découvre ce qui fait rêver la charmante Olympe : la montagne. Car elle rêve de réussir l’ascension du Mont Blanc.

L’amour, celui qui nous fait battre le coeur pousse chacun à faire des choix. Et là, on a le droit à une magnifique histoire d’amour comme il est rare d’en trouver dans la bande dessinée. Cédric Mayen ne cède à aucun moment au sirène de la facilité. Il sait donner du charisme et du volume à ces deux personnages principaux. On n’a pas le choix de s’attacher à eux. Avec une Olympe pleine de volonté et de courage avec un rêve complètement fou. Et un Edmond, un poil bougon qui part en quête d’ascension sociale. Ce n’est pas toujours facile la vie à deux. Mais certains gestes peuvent tout changer. 

En plus, le dessin de Lucy Mazel est d’une incroyable beauté et poésie. J’étais totalement tombée sous le charme de son coup de crayon avec Communardes et là c’est encore un véritable ravissement. Un trait plein de vie avec des couleurs douces. Les personnages féminins sont vraiment délicat et plein de malice. Le travail de la lumière est éblouissant et c’est un vrai régal pour les yeux à chaque planche. 

Une sublime bd qui est un hymne à l’amour, à l’égalité des droits femme/homme et à la montagne. Ne passez pas à côté de ce petit bijou. 

Lire l’avis de Mes échappées livresques : « Une magnifique histoire d’amour qui m’a charmée du début à la fin. La volonté et le courage dont fait preuve Edmond pour réaliser le rêve de sa femme m’a vraiment touchée. »

L’avis de Moka : « Une réussite totale, une grande bouffée de beau au milieu des bulles avec cet album qui tutoie les sommets… »

L’avis de Bricabook : « Une humanité sans pareil prend la gorge et laisse son lecteur souriant. De trop bons sentiments ? Du tout. Une justesse à chaque fois. Chaque personnage prend alors de l’envergure et force l’admiration du lecteur. »

L’avis d’Entrelespages : « Grâce à un scénario impeccable, jamais attendu et au final d’une puissance insoupçonnée, grâce à des planches superbes aux traits assurés et délicats qui mettent en scène des personnages incroyablement expressifs, l’ascension est captivante, édifiante et poignante. Chef d’œuvre ! »

L’avis de Noukette : « Et que dire des décors et des paysages sublimes de réalisme et de beauté qui naissent sous les crayons virtuoses de Lucy Mazel ? La jeune auteure impressionne. Finesse et élégance du trait, grandeur de champ et tableaux alpins à couper le souffle, travail sur la lumière, justesse des expressions et des regards… la palette est somptueuse et imprime durablement la rétine. Chapeau bas ! »

edelweiss_image2

Une réflexion sur “Edelweiss – Cédric Mayen et Lucy Mazel

  1. Pingback: Lucy Mazel, une talentueuse artiste | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s