L’homme qui n’aimait pas les armes à feu – Tome 3 – Wilfrid Lupano et Paul Salomone

couv_203204Margot a beaucoup de chance et son charme agi tout de suite. Dans sa fuite, elle a trouvé de bonnes poires pour l’aider. Mais combien de temps cela va durer car elle se doute bien que son mari va la rechercher. Va t’elle arriver à fuir? 

C’est la rage au coeur que Byron Peck et Knut Hoggaard reprennent le dessus pour retrouver Margot, cette femme fatale. Et même si leur flair les emmène dans la bonne direction, ils vont rencontrer de biens nombreux obstacles qui a les empêcher de mener à bien leur quête. Sur le chemin, ils vont rencontrer des navajos et une famille bien étrange.

Les indiens navajos ont été déplacé, loin de leur terre et de leur mode de vie. On les a mis sur des terres infertiles où la mort les attendaient presque tous. D’autres ont été mis sur des terres et on leur a demandé de devenir des éleveurs alors que cela n’a jamais été dans leur tradition. De plus, ils n’ont pas le droit de posséder une arme tout comme les noirs. Alors est-ce étonnant de voir un noir entouré d’une jeune fille et d’une grand-mère navajos?

l-homme-qui-n-aimait-pas-les-armes-a-feu-t1-delcourt_159530_800x600

Cette rencontre leur permet de les diriger vers la femme de leur haine. Mais jamais ils ne pourront la rattraper du moins dans ce tome. L’affaire est à suivre mais à ce jour aucune suite n’est annoncé. 

J’ai trouvé ce tome moins dynamique que le premier tome toutefois j’ai aimé quand même l’histoire. Nos trois personnages principaux sont un peu moins importants. Car c’est l’occasion de nous faire découvrir les travers de l’histoire américaine. Les mauvais traitements réservés aux indiens sont montrés par la délocalisation et aussi la déculturation. On prenait les enfants pour les placer dans des écoles catholiques où leur apprenaient la langue américaine et le culte d’un dieu. Après lorsque le lavage de cerveau a été fait, les enfants étaient rendus aux parents. Bien souvent, ils étaient rejetés car beaucoup avaient oublié leur langue d’origine et ne pouvaient plus communiquer avec les leurs. Ainsi ces jeunes n’avaient plus de patrie. Ils n’étaient pas rare que les enfants soient maltraités. En parallèle, est évoquée la ségrégation des noirs qui sont rejetés et qui sont limités dans les actions qu’ils peuvent faire. Les métiers qui leur sont possible sont très limités et risquent très souvent de mourir par le feu ou autres par le Ku Klux Klan. 

homme-armes-a-feu-1_bassdef2-13

La course poursuite devient un prétexte bien appréciable qui donne l’occasion d’une séance d’Histoire par Wilfrid Lupano avec les dessins assez western de Paul Salomone. Une série assez sympathique mais dommage qu’il n’y a pas de suite.

planchea_203204

L’avis de Belette : « Un retour dans l’Ouest, sur les pistes poussiéreuses, avec des attaques de trains et des chevauchées dans le soleil couchant et un final qui laisse présager encore quelques aventures épiques dans les tomes suivants« .

 

Une réflexion sur “L’homme qui n’aimait pas les armes à feu – Tome 3 – Wilfrid Lupano et Paul Salomone

  1. Pingback: Challenge lecture – 200 livres dans l’année | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s