La condition pavillonnaire – Sophie Divry

Divry - La condition pavillonnaireTitre : La condition pavillonnaire
Auteur : Sophie Divry
Editeur / Collection : Noir sur Blanc / Notabilia
Nombre de pages : 272
Date de parution : Août 2014

Capture d’écran 2014-10-05 à 11.19.30

 

4ème de couverture
La condition pavillonnaire nous plonge dans la vie parfaite de M.-A., avec son mari et ses enfants, sa petite maison. Tout va bien et, cependant, il lui manque quelque chose. L’insatisfaction la ronge, la pousse à multiplier les exutoires: l’adultère, l’humanitaire, le yoga, ou quelques autres loisirs proposés par notre société, tous vite abandonnés. Le temps passe, rien ne change dans le ciel bleu du confort. L’héroïne est une velléitaire, une inassouvie, une Bovary… Mais pouvons-nous trouver jamais ce qui nous comble ? Un roman profond, moderne, sensible et ironique sur la condition féminine, la condition humaine.

Capture d’écran 2014-10-05 à 11.19.30

 

Sophie Divry avait fait parler d’elle avec son roman La Cote 400 sur son métier de bibliothécaire. Elle revient pour la rentrée littéraire avec son troisième roman La condition pavillonnaire. Le titre vous donne le ton d’un roman assez surprenant.

L’auteure a son style, un peu particulier, simple, clair et efficace. Mais cela suffit-il pour séduire le lecteur? Je vous avoue être assez mitigé sur mon avis concernant ce roman. On pars à la rencontre de M.A.. Marie-Annick? Marie-Abigaël? Est-ce important en fin de compte de savoir comment Elle s’appelle? Une certitude, on va suivre sa naissance, sa enfance, sa jeunesse, sa vie de mariée puis de maman jusqu’à la fin de vie. Née dans une maison pavillonnaire elle va mourir dans une zone pavillonnaire.

Elle voulait quitter la maison familiale pour goûter à la liberté. Elle fit des études de comptabilité. Puis trouva un métier et surtout l’Amour. Elle finit par se marier. Elle quitta son travaille pour suivre son mari et faire des enfants. Elle trouva un autre travail puis des amies. Marre de son train de vie, elle a une aventure avec un collègue du boulot. Puis elle retrouve sa vie tranquille et sans goût. D’ailleurs, elle va faire une dépression pendant quelques temps.

Le résumé n’est pas très dynamique et ne fait pas trop rêvé. Et bien, c’est parce que l’histoire n’est pas passionnante. Le récit banal à la troisième personne, d’une femme banal, d’une vie banal transpire l’ennui à chaque page. Alors par moment, j’avais envie de m’ennuyer de ma lecture mais j’avoue avoir été soulagé à la fin livre. Je n’ai trouvé aucun intérêt à ce roman même si l’auteure a tenté de me rapprocher avec le Tu utilisé qui me rappelle Certaines n’avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka. Toutefois, un point positif quand même, la qualité du papier qui rend la lecture agréable tout comme le choix de la police, de la taille et des espacements. Et aussi, la très jolie couverture avec ce très jolie poisson rouge dans le bocal qui m’évoque la carpe koï.

Un poisson très domestique pas très passionnant, donc très fidèle au roman. Alors je vais faire comme le mythe du poisson rouge, je vais faire un tour de bocal et l’oublier.

Ce livre s’adresse aux jeunes qui commencent leur vie, et aux parents qui veulent que tous leurs enfants soient des bourgeois. Il tend un miroir et il leur pose la question : est-ce cela une vie réussie ? Cet enfermement en soi-même et en son petit confort ? Mais il s’adresse à un grand public, puisqu’il s’adresse à tous ceux d’entre nous qui ont trouvé un jour leur existence absurde, et le paysage mental de la France dépourvu de charme. Sophie Divry.

Journal d’une vie que j’ai beaucoup aimé par contre, c’est le Journal d’un corps de Daniel Pennac.

L’avis de Blabla

 

Une réflexion sur “La condition pavillonnaire – Sophie Divry

  1. Pingback: Mon auto-chalenge – 200 livres en 2014 | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s