84, Charing Cross Road – Helene Hanff

53468300

84, Charing Cross Road
Helene Hanff
Editeur : Le livre de poche
Nombre de pages : 157
Traduit par : Marie-Anne de Kisch

Assise dans un pseudo TER, sur un siège strapontin, 1h18 de trajet m’attends. Ce n’est pas sans un petit bonheur, puisque j’ai prie en choix raisonnable et raisonné me tenir compagnie 84, Charing Cross Road. Un livre à une incroyable histoire.

Helene Hanff, fille d’immigrés découvre très jeune le théâtre grâce à son père. A l’âge de 20 ans, elle décide d’écrire des pièces de théâtre et gagne même une bourse. Toutefois, personne ne souhaite l’engager. Elle décide de parfaire sa culture classique qu’elle n’a pu se forger par des études. Lors d’une ballade en quête d’ouvrages, elle découvre une annonce de Marks & Co de Londres qui vend des anciennes éditions.

« D’après votre publicité dans le Saturday Review of Literature, vous êtes spécialisés dans les livres épuisés. L’expression « libraires en livres anciens » m’effraie un peu parce que, pour moi, « ancien » est synonyme de « chers ».  »

Le 5 octobre 1949, elle va leur adresser une première lettre en se présentant et en demandant ce qu’elle cherche en bon état et pas trop cher car elle n’arrive pas à trouver ce qu’elle rechercher aux Etats-Unis. Le 25 octobre 1949, un courrier de réponse se fait et quelques ouvrages lui sont livrés. A partir d’ici un échange va se faire sur 20 ans. L’Angleterre au sortir de la guerre reste soumise au rationnement. Pour les remercier de faire son bonheur, elle va adresser à l’ensemble de la librairie un colis avec des oeufs en conserve ou en poudre, de la viande… Une réelle amitié se met en place que cela soit avec Frank Doel, celui qui envoi les ouvrages avec les factures, avec sa femme, ses filles, leur voisine où le personnel de ce lieu magique. Elle rêve d’y aller un jour et de rencontrer ces personnes si authentiques et généreuses, mais chaque année elle repousse son voyage, mais continu à leur écrire. Chaque lettre est un plaisir simple de lecture.

Helene Hanff trouve des petits emplois ou elle fait des scénarios de série, raconte la vie de personnes célèbres, qui l’aide à survivre. En 1969, lui vient l’idée de publier sa correspondance dans la presse new-yorkaise, mais n’arrive pas à déterminer le format. Elle demande l’avis d’un de ces amis qui va directement envoyer l’ensemble à un éditeur qui va tomber sous le charme et le publier directement. C’est un succès immédiat et dans le monde. En 1971, elle se rend à Londres devant la fameuse librairie, dorénavant fermé, avec de la désolation car la plupart de ces correspondants sont décédés. En 1975, la reconnaissance se poursuit avec la production par la BBC d’un téléfilm, puis une pièce de théâtre en 1981 et enfin au cinéma en 1987. Malheureusement, ce fut son seul succès puisqu’elle mourut seule et pauvre avec ces livres dans une maison de retraite à l’âge de 80 ans.

Peut-être que la lecture de se livre me rappelle des rêves de correspondances. Que l’espoir qu’un humain souhaite partager avec moi une passion par les mots couchés sur le papier, créant un mélange de plaisir et de déception lorsque j’ouvre la boîte aux lettres. Même si ma satisfaction maintenant se fait que j’ai bien reçu mon magazine et parfois quelques cartes de vacances et de Noël viennent me saluer de loin. Le charme des courriers échangés où l’on découvre les expéditeurs et fait apparaître en nous sourire, tristesse ou envie. Un délice qui se consomme malheureusement trop vite.

Du même auteur
La duchesse de Bloomsbury Street  (suite de 84, Charing Cross Road)

Si vous avez aimé, vous aimerez :
Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

L’avis de Romans et lectures : romansetlectures.canalblog.com/archives/2010/05/24/17994752.html
L’avis de L’oeil qui fume : loeilquifume.wordpress.com/2013/08/10/84-charing-cross-road-helen-hanff/comment-page-1/#comment-338

lu le samedi 9 février 2013

challenge-281330859_pcritiquesABC201380010040_o78223369_o

13 réflexions sur “84, Charing Cross Road – Helene Hanff

  1. Pingback: Challenge Romans épistolaires « 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Challenge ABC critiques 2012-2013 « 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: Challenge 100 livres en 2013 « 22h05 rue des Dames

  4. Pingback: Challenge Destin de femmes « 22h05 rue des Dames

  5. Pingback: Challenge Petit Bac 2013 « 22h05 rue des Dames

  6. Pingback: La duchesse de Bloomsbury Street – Helene Hanff | 22h05 rue des Dames

  7. Pingback: Un homme à distance – Katherine Pancol | 22h05 rue des Dames

  8. Pingback: Une lettre de vous – Jessica Brockmole | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s