Spy family – Tome 5 – Tatsuya Endo

Anya ne doit pas se planter aux examens. Si elle échoue c’est la mission qui tombe totalement à l’eau. La pression est très grande sur l’enfant qui veut conserver sa famille qu’elle aime sincèrement.

4e de couverture
Après avoir déjoué en deux temps trois mouvements un complot terroriste (rien que ça), la (fausse) famille Forger accueille un nouveau membre dont le nom est Bond, le chien Bond. Sous son abondante pilosité canine se cachent un amour infini pour Anya et, plus discret, un don de prescience. Alors que l’opération  » Strix  » semble enfin sur les rails, les examens qu’Anya doit passer dans le cadre de sa scolarité pourraient à nouveau mettre en péril la délicate mission de Loid Forger, alias Twilight, le meilleur espion du monde…

Mon avis
Bien qu’ils se existent encore de très nombreux rebondissements, on a une impression de répétition des tomes précédents. Encore une fois tout repose sur Anya qui est très nulle pour les études. Qu’importe la pédagogie employée, cela ne sert à rien. Tatsuya Endo n’oublie d’établir une certaine dynamique en intégrant de nouveau Yuri qui essai aussi d’expliquer des choses, en vain, à l’enfant. Et aussi en intégrant un nouveau personnage avec une espionne, une collègue de Twilight. Malgré qu’ils soient dans le même camps, elle veut devenir meilleur que lui. Mais aussi, elle l’aime et veut évincer à tout prix sa famille fictive. L’équipe se complète progressivement. Aucun doute que le mangaka les utilisera à bon escient par la suite. Les liens de la famille fictive deviennent plus ténu. Le chien a aussi sa particularité avec son affection profonde pour la petite fille. Il est jaloux et possessif. Comment ne pas trouver cela charmant? Même si cela reste assez tranquille nous avons envie de poursuivre pour savoir quand les vraies identités des uns et des autres vont se dévoiler. A partir de là, tout va changer et peut créer une nouvelle dynamique pour une agence d’espionnage. Le projet de la mission est évoqué sous l’angle politique et industriel. Le père de Damien Desmond devient plus influent et son rôle dans une guerre prochaine devient plus considérable. Les groupes pharmaceutiques fabriquent des produits chimiques pouvant changer le nom des gagnants dans un conflit. On se souvient très bien qui et comment a été inventé et testé le gaz moutarde entre autre chose. Pour l’instant la guerre n’est pas déclarée et ne le devrait pas au vue de la qualité des espions.

Un tome qui se dévore d’une traite nous laissant un peu sur notre fin. Espérons qu’une nouvelle dynamique va s’impulser par la suite.

L’avis de Les Blablas de Tachan : « Dans ce tome, j’ai donc trouvé que l’auteur gérait mieux sa narration, en alternant avec soin chapitres de la vie de famille et de la vie d’écolière d’Anya, alternant avec soin humour et mission. La série est vraiment sur de bons rails. »

L’avis Les voyages de Ly : « Notre famille pas comme les autres nous revient pour de nouvelles et folles aventures, des moments surprenants, des moments de rires, voire de fou rires. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s