Julie, Claire, Cécile – Tome 4 – On s’éclate! – Sidney et Bom

Chaque jour devient une belle occasion de rencontrer de beaux garçons. Julie, Claire et Cécile en sont persuadées que l’amour n’est jamais très loin. Même en vacances, tout est possible.

4e de couverture
Quoi de neuf ? Oh, des tas de choses, de ces petits riens qui vous font chaud au cœur et de merveilleux souvenirs, précieuses étincelles d’humour et d’amour sur fond de FAC, de flirts et de mecs largueurs ou larguées. Tout Julie, Claire et Cécile, quoi !

Mon avis
La vie de lycéenne est vraiment une partie de plaisir pour les trois copines Julie, Claire et Cécile. Elles se divertissent à faire tourner en bourrique les professeurs de mathématiques et de géographie. Par contre, la méfiance envers l’enseignante c’est dissipée depuis que les débuts de cours restent consacrés à la remise en beauté. Les clichés ont la vie dure. Une femme prof forcément va tourner la tête des garçons qui vont moins s’intéresser aux protagonistes. Une femme s’intéresse principalement à son physique. La série repose d’ailleurs sur ce sujet qui permet de créer une multitude de blagues plus ou moins lourdes. Les trois adolescentes ne s’intéressent qu’aux garçons qui doivent tomber sous leur charme et ceux sous lesquelles elles tombent. Bien qu’elle soit mineure, elle convoite des adultes. Même si la bd date de 1988 et que la majorité est alors à 18 ans, il y a un côté un peu malsain. Les vicieux pervers qui ont besoin de flatter leur égo en couchant avec des mineurs, cela reste dégueulasse. C’était peut être drôle à l’époque cela l’est moins de nos jours. On ne pourrait vouer un autre culte à la superficialité. L’important dans la vie c’est de plaire et d’accumuler de façon incessante les amoureux. Le mythe de la communauté en pleine campagne n’est pas épargné. Le scénariste et dessinateur s’amusent des convictions écologique et de partage de vivre différemment. Par conséquent, on trouve un homme avec des cheveux long qui ne voit pas grand chose (double sens) avec une chèvre. Tout finit bien auparavant il faut tourner au ridicule. Les créateurs vivent avec leur temps et les aprioris qui y sont rattachées. Les héroïnes vont-elles évoluer avec leur époque?

Une lecture qui navre un peu sur la vision de la femme très superficielle et naïve. Les trois copines finiront elles par devenir moins intéressés par les garçons et leur corps?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s