Bande de pirates ! – Tony Emeriau et Dominique Hennebaut

Quand un groupe de pirates débarquent dans notre époque, c’est forcément la déroute. Ils relèvent le défi de l’adaptabilité pour au mieux amuser le lecteur. L’enfer n’est pas que sur les mers déchainées.

La vie de pirates n’est vraiment pas de tout repos. Il faut choisir les produits que l’on veut prendre. Il faut résister à la houle subit sur les bateaux. Il faut prendre sur soi quand on refuse le paiement en doublon. Et quand on ose leur manquer de respect, sans aucune peur ils sortent leurs épées et usent de leurs mots. La vengeance se fera grâce à un butin de guerre. Faire des conquêtes prend différentes formes. Avoir des bombes pour détruire l’ennemi n’est plus forcément adapté à notre époque. Une partie de pétanque reste assez similaire, on manipule des boules. Ces sauvages ont aussi un coeur tendre parfois. Quand il s’agit de protéger l’environnement, ils mettent la main à la pâte ou ils collaborent ensemble pour la prise d’une petite maison en plein air. Le lot de surprises est de taille quand ils découvrent le vrai sens du mot pirate 2.0. Voler de l’argent devient possible « et tout ça… sans bateau ». Mais leurs compétences hors du commun leur offre aussi des possibilités singulières de travail. Qui aurait cru que ces marins d’eau douce pouvait occuper des boulots exceptionnels? Pas eux en tout cas. Par chance, ils ont leur mémoire pour se rappeler les bons souvenirs de leur jeunesse.

Tony Emeriau donne le ton dès la première page. On est ravie pour ces pirates d’avoir constitué un gros butin dans un caddie. Toutefois, ces malfrats déchantent assez rapidement quand la caissière leur annonce le montant à régler. Ce n’est pas facile de s’adapter au temps moderne. Les situations cocasses ne vont pas manquer avec cette rupture temporelle. Un esprit et une langue d’une autre époque doit faire face à la modernité contemporaine. Un choix assez ingénieux qui tranche avec les histoires de flibustier que l’on peut habituellement trouver. Le scénariste n’oublie pas de faire des gags sur leurs hobbies préférés comme la recherche au trésor. D’autant que c’est un genre qui connaît toujours son petit succès que cela soit à destination des adultes que des enfants. Tout est prétexte à faire rire simplement et directement tout à chacun. Cela demande beaucoup de travail car le message doit être simple et accessible à tous en juste 5/6 cases. D’ailleurs, on va trouver des référence à la protection de l’environnement, l’analphabétisation, l’importance du numérique… Dominique Hennebaut joue également avec les codes dans la représentation des forbans. Le capitaine est roux avec un bandeau sur oeil, peu de dents, une veste rouge et un chapeau noir en compagnie de deux sous-fifre avec un chiffon sur la tête, gros nez et barbe apparente. Le dessinateur ose s’amuser avec son trait appuyer et ces couleurs en aplat. Les deux artistes se sont trouvés pour créer un ouvrage qui se partage toutes générations confondues.

Un album assez drôle qui bouscule les codes pour mieux s’en amuser et critiquer notre société.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s