Frigiel et Fluffy – Tome 12 – 20 000 cubes sous la Terre – Jean-Christophe Derrien, Frigiel et Arianna Sabella

Les quatre amis vont pouvoir enfin se retrouver. Pas le temps de fêter ça autour d’un jus de pastèque car le sol se met à trembler. La fine équipe va devoir comprendre ce qui se passe.

L’équipe était divisée en deux pour aller vivre des aventures chacune de son côté. Quand ils se retrouvent à Lanniel, ils n’ont pas trop le temps de se raconter tout ce qu’ils ont vécu. Un évènement pas très naturel fragilise le renouveau de la ville. Il n’est nullement question de tergiverser sur l’origine. Mctool arrive en disant que quelques vibrations viennent de sa dernière création, une fusée. Pourtant le sol continue à bouger. C’est autre chose qui se déroule. Par chance, notre savant un peu fou à une machine, le subtool 001. Pour savoir si elle fonctionne correctement, rien de telle qu’une expérience au coeur du volcan. Bien entendu, le voyage ne se déroule pas sans encombre. Par chance, ils arrivent tous en vie à destination. Quelle surprise de trouver des individus dans cet endroit. Surtout qu’ils ont en leur possession des cartons et des cartons de tnt. Les explosions créent un remue-ménage important. L’appât du gain vaut bien tous les sacrifices même tuer des golems de minerai. Mais les amis vont tout faire pour rétablir l’équilibre et tant pis pour ceux qui font les mauvais choix.

Les quatre amis de Lanniel n’ont jamais le temps de s’ennuyer. Jean-Christophe Derrien et Frigiel leur ont concocté une aventure haute en couleurs et en référence à la culture populaire. D’ailleurs, cette fois ils commencent dès le titre avec « 20 000 cubes sous la Terre » en clin d’oeil à « 20 000 lieues sous les mers » et « Voyage au centre de la Terre » de Jules Verne. Une double combinaison de romans fantastiques du 19e siècle pour faire rêver les curieux. Youtube est d’une certaine façon les feuilletons papiers de l’époque. Tout comme le monde de Minecraft et l’ensemble des produits dérivés comme cette adaptation du roman. Une autre allusion parlera plus à des générations plus jeunes avec « Retour vers le futur » bien que le film soit sorti en 1985. Ces éléments donnent une autre dimension à la lecture comme si on voulait toucher un public plus large. Toutefois, le rythme est assez rapide pour ne jamais s’essouffler. Pas trop de le temps pour installer le retour des héros et même constat pour la fin. Arianna Sabella s’affirme dans la partie graphique en arrondissant plus les angles, en s’inspirant des mangas et dans des teintes vives. Un ouvrage cohérent et amusant qui devrait ravir les fans.

Une bd qui va trop vite et qui aurait mériter d’être plus calme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s