U.C.C. Dolores – Tome 1 – La trace des nouveaux pionniers – Didier Tarquin et Lyse Tarquin

Soeur Mony a maintenant 18 ans et doit quitter le couvent de l’espace. La plantureuse demoiselle doit faire face seule à monde futuriste. Pourra t’elle s’en sortir seule?

4e de couverture
C’est un grand jour pour sœur Mony. À 18 ans, il est temps, pour cette orpheline recueillie à la porte du couvent des Nouveaux Pionniers, de quitter le nid et de trouver sa voie. Mais à peine propulsée dans le monde extérieur, voilà que la jeune fille découvre être l’héritière du UCC Dolorès, un croiseur de guerre de l’armée confédérée ayant appartenu au général Mc Monroe, de sinistre mémoire ! Incapable de manœuvrer un tel engin, la candide Mony se met en quête d’un pilote et « trouve » Kash, vétéran taciturne et désireux de changer de vie. Ensemble, ils prennent la direction de la Frontière aux commandes du Dolorès, un vaisseau au passé mystérieux ! 

Mon avis
Quand on voit sur la couverture le nom de Didier Tarquin, on sait ce qui à quoi on s’attend. Le dessinateur possède à son actif des séries comme « Lanfeust de Troy », « Lanfeust des étoiles » ou « Lanfeust Odyssey ». Pour son entrée au catalogue chez Glénat, avec sa compagne, ils créent une série de A à Z. Un space opera qui a comme héroïne une adolescente de 18 ans qui a été très gâtée par la nature. Grande, forte poitrine, chevelure flamboyante et très naïve. Elle a un air de ressemblance à Pelisse de « La Quête de l’Oiseau du Temps ». Elle a toujours vécu dans un couvent jusqu’à sa majorité lui donnant un aspect d’une très grande naïveté. Par chance, quand elle a été découvert bébé, il y avait une sacoche à ces côtés que l’on va lui restituer. Pour ce qui est des pierres précieuses, mère supérieure les a gardé pour elle. La jeune pucelle est laissée à la merci d’un monde sans pitié et cruel. Progressivement, elle trouve son héritage avec un vaisseau pirate et un technicien ainsi qu’un conducteur embauché à la va-vite. Mony veut la paix dans le monde. Est-ce possible? Quand va t’elle se rendre compte de la réalité? Le lavage de cerveau a t’il des limites? Dans l’histoire, on ose évoquer les conquêtes sous prétexte d’évangélisation pour effacer les cultures d’avant et profiter des richesses du territoire. Une réalité transposer dans la fiction. Le récit a bien entendu son lot de rebondissement avec des malfrats de la pire espèce prêt à tout pour de l’argent. Et en face, une armée plus légale qui veut aussi quelque chose en lien avec la fille. Que d’hommes à ses côtés qui veulent aussi bien la protéger que la violer. Les puristes du genre seront contents car tous les codes très classiques sont respectés et ces messieurs pourront se rincer l’oeil. Le cadre introductif est posé avec son lot de questions sans réponse pour donner envie de poursuivre.

Un premier tome aux multiples références qui donnent envie d’aller plus. Didier Tarquin arrivera t’il à sortir des structures préconçues?

10 réflexions sur “U.C.C. Dolores – Tome 1 – La trace des nouveaux pionniers – Didier Tarquin et Lyse Tarquin

      • cela risque de boucher tes toilettes 🙂 Quoi que par chez toi, on trouve plus facilement des albums avec des couvertures souples et du papier moins épais. 🙂

      • Oui, avant on avait ça, maintenant, les couvertures souples, c’est fini, sauf en Flandre, ça existe toujours. Mais le papier intérieur est de la même épaisseur.

      • Je sus allée à Bruges récemment et je suis passée devant des librairies bd. Il n’y avait presque que des bd à couvertures souples. En effet, ce n’était pas écrit en français. Cela m’a étonné, on n’en voit jamais en France. Ou les anciennes bd en collection poche qui n’ont pas vraiment marché.

      • En Flandre, ça reste un truc important, les bédés sont moins chères. En Wallonie, c’est terminé, les couvertures souples. Mais il fut un temps que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître… :p

      • Non, c’est réservé au strips flamands, les Bob & Bobette (Suske & Wiske) ou autre Bessy…. ce genre de bédé reste en format souple. C’est partout des trucs de touristes… :/

      • il y a tellement de touristes qui parlent flamands?
        En vitrine j’ai même vu des comics et des Lucky Luke en souple. C’était déroutant et incroyable à la fois.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s