A la rencontre de Tess Kinski

Parfois, il suffit d’un évènement devenu trop ordinaire pour avoir envie d’être actrice du changement. Tess Kinski a décidé de prendre son crayon et d’inventer une histoire d’une femme vengeresse. Que diriez-vous de rencontrer, Tess Kinski, la créatrice derrière Cyprine?

Comment vous est venue l’idée de faire une bande dessinée?
Un jour où un banal harcèlement de rue m’est arrivé, j’ai imaginé une super-héroïne qui, à l’inverse de moi, n’aurait pas peur de répondre.

J’avais commencé à lire beaucoup de roman graphique à l’époque et je me suis dit que ce serait un super moyen pour exprimer ma colère et l’illustrer à travers une histoire. J’avais besoin de m’exprimer avec du texte et des dessins. 

Est-ce que vous aviez déjà en tête de traiter de la cyprine? 
Non, je sais pas vraiment d’où me vient cette idée. Mais je me souviens m’être posée la question « qu’est-ce qui pourrait faire que mon héroïne n’a pas peur de se faire violer ? »

Qu’est-ce qui vous a inspiré pour faire une histoire féministe et avec la cyprine? 
Ma colère et les livres féministes que je lisais.

Avez-vous fréquenté le milieu de la nuit parisienne pour vous inspirer? 
Oui le cabaret est un cabaret qui existe vraiment à Pigalle et que j’ai beaucoup fréquenté pendant cette période. Les artistes performeurs de ce cabaret m’ont beaucoup impressionné par leurs talents de musiciens, de costumiers, de maquilleurs, d’humour, de sensibilité et d’une certaine performance de la féminité qui m’a beaucoup remuée. 


Qu’elles sont les artistes qui ont éveillé votre appétence pour la bd? 
J’ai d’abord découvert Julia Wertz avec « L’attente Infinie », « Whiskey & New York » qui m’ont fait hurler de rire. Puis Mirion Malle avec « Commando Culotte » au début, Julie Delporte et ses récits très intimistes et poétiques avec « Moi aussi je voulais l’emporter », Tillie Walden, Pénélope Bagieu bien sûr, Georgia Webber avec son récit très graphique « Dumb » autour de sa perte de voix. J’ai découvert qu’on pouvait exprimer une immense palette d’émotions, de représentations, d’idées… J’ai tellement aimé découvrir leurs mondes que je voulais essayer de créer le mien !

Et oui je travaille actuellement sur le tome 2 de Super Cyprine 🙂

N’hésitez pas à vous plonger « Super Cyprine » une bande dessinée féministe, drôle et décalée.

2 réflexions sur “A la rencontre de Tess Kinski

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s