Partie de chasse – Pierre Christin et Enki Bilal

Se réunir lors d’une partie de chasse est toujours un moment de se remémorer le passé. La mort n’est jamais très loin de ces bons et mauvais souvenirs. L’Histoire reste parfois difficile à porter.

4ème de couverture
Dans la brume glacée des forêts soviétiques, s’organise une singulière “partie de chasse”. Un jeune traducteur français y est convié par son mentor, Evguéni Golozov, interprète et homme de confiance du mystérieux Vassili Alexandrovitch Tchevtchenko. Ce stratège silencieux du pouvoir communiste, apparaît au fur et à mesure de l’intrigue comme le maître d’orchestre machiavélique des exactions sanglantes de dirigeants décadents. Quand la petite histoire se fond dans la grande, le lecteur redécouvre les sombres événements qui ont marqués la période du bloc de l’Est. À travers ce titre, Bilal signait avec Christin, l’une des oeuvres majeures de la bande dessinée moderne.

Mon avis
Replonger dans les bandes dessinées qui ont accompagné votre enfance est toujours une lecture lourde émotionnellement. On sent dans le trait, dans le récit que l’ouvrage vient d’un autre temps avec d’autres préoccupations. 1983 n’était pas si longtemps et pourtant. Pierre Christin avec sa plume aiguisée trace la complexité d’un monde soviétique qui a connu peu de tranquillité. L’Histoire se réécrit progressivement selon qui arrive aux pouvoirs et des intérêts à servir. Cette partie de chasse est une opportunité de réunir tous ceux qui ont pu échapper à des éliminations en masse et qui sont restés proche du pouvoir. Le scénariste montre la cruauté d’un monde où tout est permis. Le remord, le doute n’ont aucune place dans ce monde odieux. On pourrait se rassurer sur le fait que cela soit une fiction. Toutefois, la vérité n’est vraiment pas très loin ce qui rend la lecture encore plus dramatique. On se sent immerger dans ce système machiavélique avec un texte dense, précis, sourcé. De son côté Enki Bilal commence à s’affirmer dans son style. L’univers graphique froid, jouant entre les nuances de bleus et ce sang rouge qui attire le regard. Nous voilà compressé avec notre ressenti, notre tristesse face à cette inhumanité et cette indifférence. Comment rester insensible en tournant les pages? Un duo de choc qui n’étaient pas à leur coup d’essai et qui ont su marquer leur différence grâce à leur talent et leur perfectionnisme. Toutefois si vous êtes dans un moment de morosité, attendez un peu avant de vous plonger dans cette ouvrage.

La fin du communisme avait été annoncé et on vous montre les crimes commis en son nom. Etes-vous prêt à voir l’horreur cynique?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s