Et nos lendemains seront radieux – Hervé Bourhis

Pour changer les choses en profondeur, il faut mieux s’y prendre tôt. Sylvain et Camille se préparent depuis des années pour l’opération Abelha. Le jour J est arrivé. Vont-ils atteindre leur objectif?

4ème de couverture
Jeunes conseillers politiques, Sylvain et Camille sont aussi frère et sœur. Un soir, alors que les éléments extérieurs se déchaînent, ils se retrouvent isolés avec la Présidente de la République au fort de Brégançon. Le moment idéal pour une prise d’otage… Les deux idéalistes décident d’imposer au pays entier une politique écologiste! Peut-on sauver la planète le temps d’un orage?

Détail d'une planche de "Et nos lendemains seront radieux" par Hervé Bourhis

Mon avis
Quand on ne lit pas la quatrième de couverture, on est vite assez pris au dépourvu. Nous voilà plongé dans une fiction futuriste et improbable où la France a élu une présidente de la République, Françoise Métivier, qui n’est pas issue d’un partie d’extrême droite. Là voilà au fort de Brégançon et une tempête arrive. Cette femme qui est tout en haut de la chaîne hiérarchique est pris en otage le temps d’un coupure de courant. Le lecteur est invité à suivre un huis-clos où des conseillers, un frère et une soeur, tente de convaincre à passer la société sous forme de dictature verte. Le frère et la soeur ont été préparé depuis leur jeunesse à cette action importante. On se demande ce qui a pu passer par la tête d’Hervé Bourhis pour proposer un récit autant capillotracté. En effet, quel moyen efficace pour montrer la faiblesse de l’écologie politique et de la force de la société de consommation. Pourquoi la nation ne deviendrait pas une green-up nation? Qu’importe s’il faut faire passer les idées par la force et une restriction des libertés pour inciter à l’éco-responsabilité. C’est peut-être le meilleur moyen puisqu’il semble que peu de citoyens de sentent concernés ? Sans surprise l’opération Abelha a complètement échoué. L’écologie n’est pas déconnectée du politique et de l’économie. On voit dorénavant que les liens entre ces thèmes sont ténus. Le lecteur est-il le même qu’avant la lecture? Faut-il attendre la radicalité pour changer les choses? Chacun peut déjà avoir une prise de conscience à son niveau, agir en conséquence. Espérons que certains n’y voient pas que les experts en écologie sont tous des extrémistes en puissance. Dans un verre à moitié plein, on doit bien veiller à regarder quelle partie est la plus importante.

Faut-il attendre une dictature verte pour que l’on puisse agir et réfléchir autrement? Peut-être que non. Qu’en dites-vous?



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s