C’est toi ma maman? – Un drame comique – Alison Bechdel

Il n’est pas facile de se définir sans comprendre son histoire. Alison Bechdel choisit de partir sur le chemin de ces origines pour avancer plus sereinement. Les réponses ne se trouvent pas toujours.

Pour commencer à se sentir bien et faire face à ses émotions, Alice Bechdel a décidé de mener une enquête. Le déclencheur de cette démarche assez intérieure est la volonté d’écrire un livre sur son père. Il a mis fin à ces jours alors qu’elle était encore adolescente. Un traumatisme qui s’accompagne d’une mère assez distante. Elle a éduqué sa fille différemment des garçons. Ce n’est pas pour autant qu’aucun lien ne les unis. Presque chaque jour, elles échangent par téléphone. La dessinatrice note chaque mot qu’elle entend puisque sa génitrice monopolise la conversation. Les sujets ne manquent pas puisque cette femme est à la fois une grande lectrice, une mélomane, une actrice et spectatrice avertie. La réalisation de l’ouvrage sur son paternel prend plus de temps que prévu. Les interrogations se succèdent sur son comportement depuis son enfance. L’échange avec des spécialistes de l’esprit, la lecture de Virginia Woolf et des écrits du pédopsychiatre Donald Winnicott apporte de l’eau à sa réflexion. En plus, se rajoute une autre démarche sur son homosexualité moins acceptée par sa mère. D’ailleurs, l’idée de faire une bande dessinée qui parle de femmes lesbiennes en mettant son nom la déroute beaucoup. Que vont penser les connaissances en voyant les réalisations de sa fille? Ce rejet contribue aussi à compliquer une relation mère/fille des plus troubles et tendues. Les choses peuvent-elle vraiment changer? Cela repose toujours sur la volonté de savoir ce que l’on veut pour demain. Et savoir quelle personne on veut devenir et ce que l’on est prêt.e à faire pour y arriver.

Alison Bechdel s’est fait connaître avec son roman graphique « Fun Home ». La aussi, elle aborde sa vie dans une posture de d’introspection et de rétrospection. Presque les 300 pages se résument à « Moi, moi, moi et moi ». Le lecteur suit les incessantes interrogations sur pourquoi elle a fait ci ou ça, pourquoi elle n’arrive pas à s’attacher à une partenaire, pourquoi sa mère ne l’écoute jamais… Pour montrer que ce n’est pas juste une démarche narcissique, elle fait appel à des références extérieurs. Les sources d’autorités reposent sur des psychologues qu’elle consulte depuis très longtemps et à un pédiatre et psychanalyste britannique, Donald Woods Winnicot (1896-1971). Ainsi elle fait des parallèles entre des études et son vécu pour trouver des justificatifs/explications. Les citations apparaissent tout au long de l’ouvrage avec le surlignage de l’élément jugé important. Le côté pédagogique est assez mis en avant afin de permettre l’appropriation de savoir par l’acteur qui lit et ce de façon très dense. L’aspect graphique est moins dans l’approfondissement. Toutefois, la structure reste assez classique avec des cases entourées de noir, des bulles et l’absence de couleurs. Cette quête d’identité traîne vraiment en longueur avec une focale ultra-nombriliste. Tout est perçu juste par rapport à elle et ne s’ouvre jamais vraiment aux autres. On peut nuancer car derrière cette obnubilation de soi on entend une critique. En effet, le discours sur le rôle de la femme, la pression sociale, l’identité lesbienne… est présent en toile de fond. Peut-on s’émanciper du regard des autres pour se trouver? La réponse n’a rien d’évident. La dessinatrice semblerait conclure par un oui mais. L’éditeur « Points » fait une incursion dans le monde du 9ème art avec l’audace de choisir une personnalité américaine du comics avec un récit très personnel dans un petit format et avec un prix accessible.

Les passionnées de psychologie, d’analyse vont être ravies sinon passez votre chemin.

dav

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s