S.O.S. Culture – Serge Regourd

La culture en France est-elle en danger? On pourrait croire que non au vue du nombre de musées. Pourtant ce n’est que l’arbre qui cache une forêt en souffrance.

4ème de couverture
« Pourquoi ce titre, SOS culture ? Parce que les politiques culturelles ne méritent plus une telle appellation, qu’il n’y a plus, à proprement parler, de politique culturelle, et que, corrélativement, l’état de la culture paraît en péril.» Serge Regourd C’est l’ouvrage d’un homme qui dédie sa vie à la défense du modèle culturel français. Si Serge Regourd diagnostique ici un effondrement de nos politiques culturelles, exposant avec lucidité et brillance les sources et les symptômes de cette pathologie, c’est pour nous inviter à procéder à un « réattelage » entre culture et politique. Sans quoi aucune sortie de crise ne sera possible. Cela, évidemment, ne veut pas dire renvoyer à une conception totalitaire de l’art, mais bien plutôt, à l’instar de Kant, Gramsci et Arendt, de « s’intéresser à l’art d’une manière politique ». Autrement dit, d’arracher définitivement l’oeuvre à la barbarie du marché, aux diktats des algorithmes pour la rendre à sa sublime vocation, définie par le poète Saint-John Perse : « le luxe de l’inaccoutumance ».

Mon avis
Initialement, le livre devait être publié avant la pandémie. Cette nouvelle crise donne encore plus de consistance à sa démonstration liée au manque de politique culturelle. La culture cela sonne bien. Mais au final que font les responsables des gouvernements les uns après les autres pour donner du sens, de la consistance, des perspectives? Le bilan reste sans conteste déplorable. Beaucoup de personnes travaillent à créer l’illusion qu’il y a des actions même si ce n’est que des effets de communication. D’ailleurs l’actuelle ministre de la culture est certes une ancienne ministre. C’est aussi une ancienne chroniqueuse des Grosses Têtes, une personne populaire du grand public. La culture est-ce alors juste du divertissement? Il faut faire du clinquant qui rapporte. La médiation, l’apport de connaissance, l’ouverture au monde deviennent presque des grossièreté ou des idées communistes. Voilà un comble dans une période où tout doit être profit et il faut démanteler les services publics. En tout cas, ce n’est pas une industrie indispensable ou utile. On l’a vu pendant les restrictions et encore de nos jours. Il fallait tout limiter pour éviter le remplissage de l’hôpital. 69 000 lits d’hôpitaux ont été supprimés entre 2003 et 2017 et cela continue. Que faire des patients et avec quel personnel? Il vaut mieux tout fermer. De tout façon, de l’argent a été donné à certains secteurs dit rentable. L’addition sera pour l’année prochaine et les classes moyennes ainsi que les pauvres paieront. De tout façon, ça sert à rien la culture. Qui n’a jamais entendu cela? Les présidents de la République le confirme les uns après les autres. 40 pages intenses et pleines de réflexions qui nous incitent à développer notre regard critique.

Un petit ouvrage pertinent qui nous incite à réfléchir à la culture de demain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s