Djihad – Ismaël Saidi

Comment parler de la radicalisation auprès de la jeunesse? Ismaël Saidi trouve le moyen en racontant l’histoire de trois adolescents partant faire le djihad. Mais sur le chemin, chacun se rend compte de leur erreur et qu’il aurait fallu réfléchir avant.

4ème de couverture
Enfants d’immigrés, Reda, Ismaël et Ben ont du mal à trouver leur place dans une société qui ne cesse de les stigmatiser. L’islam semble leur offrir le sentiment d’appartenir à une communauté : ils rejoignent le djihad en Syrie. Mais sur place, la violence et l’injustice d’un combat qui broie les individus leur crèvent les yeux et remettent en cause nombre de leurs certitudes.
Drôle et émouvante, la pièce pose un regard lucide sur les préjugés comme sur les tabous de la communauté musulmane. Entre humour et phrases chocs, cette pièce qui triomphe auprès de tous les publics est devenue le point de départ d’un dialogue entre parents et enfants, enseignants et élèves, politiques et citoyens.

Mon avis
Il y a des sujets tabous qui restent peu abordés dans la littérature grand public ou le théâtre. C’est la cas de l’extrémisme religieux surtout celui qui concerne les adolescents qui veulent partir faire le djihad à l’étranger. Mais ce thème n’effraie en rien Ismaël Saidi. Lui-même dans sa jeunesse il a été confronté à des représentants religieux intégristes qui lui ont temporairement retourné la tête. En lisant le Coran, il constate que toutes ces interdictions dont on lui parle, cette haine de l’autre, ne sont pas présentes. Tout le monde ne lit pas cet ouvrage et n’essaie pas de s’approprier le texte. Il s’inspire de ce moment dans sa vie pour l’insuffler dans son histoire de trois adolescents, coincés entre deux cultures, qui se font embrigader dans une lutte absurde. Et quand enfin, ils s’en rendent enfin compte, c’est trop tard. Les 4 uniques représentations ont été au final des milliers en Belgique et en France. D’ailleurs, le spectacle a été recommandé par le ministère de l’Éducation nationale pour prévenir la radicalisation en milieu scolaire. Après chaque représentation, l’auteur accompagné d’un islamologue, d’une psychologue, d’une journaliste… engage une discussion avec le public. Tout peut être abordé sans interdit, la parole est reine. Rien de tel pour remettre en cause certains aprioris. Une lecture intéressante qui donne envie de voir le scénario prendre vie.

Quand la bienveillance d’un homme rencontre un sujet grave, cela peut donner des merveilles qui peuvent faire évoluer les mentalités.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s