Souvenirs de la mer assoupie – Shin’ya Komatsu

Que diriez-vous de suivre les chemins du merveilleux? La jeune Lisa vous guidera aussi bien à Cap Verdredi ou d’autres lieux plus mystérieux. Prêt à prendre un ticket vers le merveilleux, tout simplement?

4ème de couverture
Après les saynètes surréalistes de Tohu-Bohu, Shinya Komatsu revient avec un nouveau recueil de rêves éveillés, situés cette fois dans une petite ville ensoleillée où le temps semble figé à l’heure de la sieste. On y suit avec émerveillement le quotidien de la jeune Lisa, qui telle une Alice du bord de mer semble dotée d’un talent naturel pour faire de curieuses découvertes : un violon en verre d’écume, un pilote de parapluie volant, un phare en mal d’escapades…

Mon avis
Ce manga a quelque chose de très singulier lorsqu’on a l’habitude d’en lire. Déjà, il est dans un format plus grand sans pour autant être celui de la bande dessinée. Il est assez fin et la couverture est rigide. Et surtout, il est totalement en couleur. Shin’ya Komatsu possède un univers très singulier, plein de douceur, de fantaisie. Le lecteur découvre une petite fille Lisa qui à travers des petites aventures nous montre des villes toutes mystérieuses et fantastiques. Le tramway l’emmène par exemple dans une ville où il n’y a qu’un habitant et tout ce qui apparaît vient de ces créations physiques et imaginaires. La mangaka utilise même des références aux mythes populaires comme la cité de l’Atlantide. Le lecteur se laisse porter simplement dans ce monde d’une grande beauté et d’innocence. Tout est mignon et positif avec des gens ouverts, tolérants, curieux de leur entourage. Un livre qui fait du bien et qui n’est pas sans évoqué les créations du studio Ghibli. Une petite bulle de légèreté qui fait plaisir à tous les lecteurs habitué ou non du manga, jeune ou pas. J’ai moins apprécié « Les chroniques de la colline aux étourdis », déjà pour l’inconfort de lecture car le petit récit est condensé en petit sur une page et que les péripéties font très enfantines. Mais au global, la lecture reste agréable et surprenante.

Un voyage dans notre esprit d’enfance qui fait du bien.

L’avis des Blablas de Tachan : « Je suis donc tombée complètement sous le charme doux, enfantin et onirique de Souvenirs de la mer assoupie et je rêve de mettre la main sur le premier titre de l’auteur : Tohu-Bohu qui était sorti chez nous en 2012 pour voir si on y retrouve la même poésie. »

L’avis Les voyages de Ly : « Je ne peux que vous encourager à découvrir cette petite merveille, avec ces beaux dessins tout doux. J’ai adoré personnellement. »

2 réflexions sur “Souvenirs de la mer assoupie – Shin’ya Komatsu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s