Baiser après #Metoo – Lettres à nos amants foireux – Ovidie et Diglee

On pourrait croire que #Metoo aurait favoriser une prise de conscience plus générale des hommes. Aimer sans contrainte, sans humiliation, sans violence est-ce si fou? Le plaisir de l’homme doit-il être la seule chose qui compte?

4ème de couverture
À l’heure de la libération de la parole, Ovidie choisit la forme épistolaire pour s’adresser aux hommes et revenir sur des situations anormales vécues par presque toutes les femmes. Que leur dirait-on aujourd’hui ? Oserions-nous évoquer des comportements douteux à un moment de la relation ? Quel est l’état des lieux de nos fantasmes ? Tout reste à reconstruire entre les sexes. De ce champ de ruines renaîtra peut-être une sexualité plus apaisée et plus joyeuse.

Mon avis
En 2017, Ovidie et Diglee travaillent ensemble pour faire « Libres ! Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels ». Le duo de féministes reviennent avec un autre ouvrage toujours aussi investi : « Baiser après #Metoo – Lettres à nos amants foireux ». L’autrice réalise des lettres à partir de son expérience personnelle et celle d’amis, de connaissances. Le constat avec les relations aux hommes est souvent identique : le sexe masculin pense majoritairement à son plaisir et uniquement cela. On entend des mecs dirent avec #Metoo, on ne peut plus rien dire aux femmes. Mais qu’est-ce que cela veut vraiment dire? Qu’une femme ne peut pas se plaindre si la harcèle? si on la viole? si on profite d’elle contre quelque chose? Il faut trouver cela normal et fermer sa bouche? Pourquoi ne pas dénoncer que le service trois pièces est la moindre des choses? Ne sommes pas en phallocratie après tout? Et bien non. Quand une femme dit non, cela veut tout simplement dire non. L’acte sexuelle ne doit pas tourner uniquement autour de l’érection de l’homme et son éjaculation. C’est une histoire d’être deux à prendre du plaisir. En effet, les films pornos montrent aussi cela. Depuis quand ce genre de films est censé être une image fidèle de la réalité? D’autant plus quand il est proposé gratuitement.
Après on peut aussi se demander comment le fait de frapper une femme, l’étrangler et/ou lui cracher au visage peut l’exciter. N’existe pas derrière cela d’autres problèmes qui mériteraient une consultation chez un spécialiste? Etre deux, cela devrait être construire une relation à deux même si cela est une nuit ou pour la vie. Si pas de préservatif et de contraceptifs féminins cela veut risque de grossesse, de maladie… Des choses que l’on apprend au collège à part peut-être le côté qu’il faut assumer ces choix jusqu’au bout. Ovidie donne aussi des conseils et des chiffres. Par exemple sur le sida les personnes contaminée sont très souvent stigmatisés. On remercie aussi les campagnes d’affichages étatiques de corroborer des idées préconçues. Car les chiffres de Santé public France montre qu’en 2017, 56% des personnes diagnostiquées séropositives sont lors de rapports hétérosexuelles et que 22% avaient plus de 50 ans. Il faut regarder les choses autrement en changeant les verres de ces lunettes pour les mettre plus respectueuse et égalitaire. Les dessins de Diglee apporte beaucoup d’humour à ces sujets qui peuvent être très graves pour certaines femmes avec des traumatismes liés à des pénétrations anales de la part de leur partenaire pendant le sommeil ou le départ de leur compagnon après l’annonce qu’elle est enceinte. Les histoires qui finissent mal ne manquent pas. Toutefois, il n’est jamais trop tard pour essayer de changer les choses. Malheureusement, au vue du titre et du format avec du texte d’un côté et des illustrations de l’autre, peu d’hommes vont se plancher dans la lecture. Et ceux qui le feront seront éventuellement ceux qui déjà réfléchissent à leur relation aux autres ou sont ouverts au changement. Par conséquent, c’est aux femmes de plus s’affirmer, de prendre conscience pour être plus heureuse et échanger avec leur entourage.

Un livre qui parle de sujets tabous aux heures de grandes écoutes même si on vend du sexe à travers des émissions de téléréalité. On peut le montrer autrement, moins vulgairement et plus respectueusement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s