N’y va pas par 4 chemins – Eric-Emmanuel Schmitt et Caroline Piochon

Colimasson a toujours admiré la course internationale de vitesse. Et puis un jour, il a décidé de s’inscrire et de tenter sa chance. On se moque de lui mais on verra ce qu’on verra.

Depuis qu’il a des souvenirs, Colimasson adore regarder en famille la course internationale de vitesse. Un moment de convivialité qu’il partage tous ensemble avec passion. Sauf qu’un jour, même encore très jeune, il a un déclic : « Pourquoi pas moi? ». Quand il annonce sa décision au club de sport, on se moque de lui, que cela soit la jument, le lapin ou la souris. Alors quand de nouveau chez lui, le jeune escargot laisse les larmes de déception s’écouler. Sa grand-mère ne va pas le laisser dans cette situation. Car autrefois, elle a été une vraie championne. Afin que son petit fils botte le cul à tous ceux qui se sont moqués, elle va lui dévoiler son secret. Qu’importe si sur la ligne de départ on découvre une girafe qui peut voir loin, un tigre qui va vite ou un cheval qui galope à tout vite… Chacun est persuadé d’être le premier a arrivé alors la girafe prend le temps de manger quelques feuilles, le tigre de faire une suite et le cheval de faire un détour pour éviter de salir ces sabots… Colimasson fonce, toujours tout droit, comme mamie l’a dit. Et devinez quoi? Il a eu la première place.

On peut être surpris du choix du grand Eric-Emmanuel Schmitt dans son histoire. Son but est d’expliquer l’expression : « N’y va pas par 4 chemins ». Pour illustrer cela il raconte l’histoire d’un escargot qui veut faire une course avec les autres animaux qui et va tout droit. En effet, l’escargot n’y va pas par 4 chemins mais cela n’a rien à voir avec le sens stricte de l’expression. L’enfant verra t’il la nuance entre son sens détournée et son véritable sens? A la toute dernière page, le dicton est bien expliqué. Si l’on ne prend pas en compte l’objectif de lecture, l’histoire est très mignonne et très positive. La différence de doit pas être moquée. Les amis de notre héros ne l’ont pas écouté, ni soutenu. Par conséquent, se ne sont pas véritables amis. Il faut savoir s’entourer de gens qui vous aiment comme vous êtes. Ce premier cercle familiale reste un atout. Puis d’autres personnes doivent se rajouter pour mieux soutenir à chaque épreuve de la vie. Ainsi on apprend à être honnête pour ne jamais y aller par quatre chemins. Caroline Piochon met beaucoup de douceur et de chaleur dans son dessin. Grâce à son travail l’album se lit avec beaucoup de plaisir. Surtout qu’il faut trouver un papillon caché à chaque double page. Une façon ludique et pédagogique d’aborder la lecture et de la rendre agréable.

Un ouvrage sympathique et mignon à mettre entre toutes les mains des enfants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s