Pour le pire – Arte

Le féminicide devient un fait divers ordinaire. Pourquoi cela devient très normal? Pourquoi cela arrive?

En 2019, la France annonce encore un triste constat avec 173 homicides conjugaux dont 146 femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint. Aurélia Braud nous emmène à la rencontre de histoires de ces familles à l’apparence si tranquille et pourtant. Sindy, 34 ans, enceinte du 6ème enfant, est abattue en septembre 2017 par son mari, gendarme, sur le quai de la gare de Noyon, avec une partie de ces enfants, avec une arme à feu. Personne dans leur entourage n’avaient détecté quoi que se soit. En juillet 2017, Laurent a poignardé sa femme Michèle de 44 ans et sa fille de 18 ans. La pièce où les corps gisent au sol est calfeutré. Toutefois, une certaine odeur était présente. Lui a continué la vie quotidienne normalement avec son fils de 11 ans. Les corps en décomposition sont découverts par les gendarmes plus tard. Bruno, ancien militaire, lors d’un repas de Noël a poignardé sa femme devant ces trois enfants.

40% des femmes étaient avant victimes de violence physiques et/ou psychique. 80% des plaintes pour agressions sont classées sans suite. La séparation, seule issue, est souvent le moment le plus risqué. Même si souvent ces hommes paraissent discret, ils partagent un point commun leur narcissisme et leur besoin de pouvoir. Beaucoup sont au chômage ou à la retraite et se retrouvent face à une coupure sociale. Les coupables de ce manque est forcément l’épouse et les enfants sur lesquelles il faut se venger. Les enfants restent les victimes invisibles de ces drames et doivent grandir. Comment se construire après cela? Il faut les accompagner afin aussi d’éviter que le cercle vicieux puisse se reproduire. La violence n’est jamais normale et ne doit jamais être tolérée.

Un reportage choc sur la mort inutile de femmes et d’enfants pour combler le vide intérieur de certains hommes.

Lien vers le reportage : https://www.arte.tv/fr/videos/090005-000-A/pour-le-pire/

2 réflexions sur “Pour le pire – Arte

    • Chaque chose son importance. Deux poids deux mesures. Une femme qui meurent sous les coups de couteau de son ex compagnon, c’est juste du pain bénit pour détective et consorts. C’est racoleur comme il faut.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s