Virus et épidémies : l’île-laboratoire – Arte

On constate qu’il y a de plus en plus de virus et d’épidémie qui touchent les animaux. Afin d’éviter leur propagation et de créer des vaccins, une île-laboratoire travaille ardument. Allons en savoir un peu plus sur ce lieu assez particulier.

Sur une petite île allemande de Riems, en mer Baltique, se trouve une île-laboratoire l’institut Friedrich-Loeffler. Dans cet endroit, on essaie d’identifie les maladies animales, leur possible transmission et surtout trouver des vaccins. On nous montre des recherches autour de la peste porcine africaine qui touche aussi bien les sangliers que les cochons. Il faudrait éviter que la maladie touche les élevages porcins surtout en Allemagne. Pour tester leurs produits, d’une part, les tests se réalisent sur éprouvette puis d’autre part sur des animaux.

Grippe aviaire, fièvre aphteuse… tout cela a été étudié en laboratoire avec identification et réalisation d’un vaccin. Mondialisation oblige, maintenant, ils travaillent sur des maladies modernes comme le Sars-Cov 2. Ils recherchent comment l’être humain peut contaminer les animaux que cela soit le chat ou la vache. Le risque est concret et pourrait avoir de terrible répercussion. On assistera à la contamination de vaches et voir si les autres autour vont être cas contact. Le bison d’Amérique a été contaminé. Le virus peut muter et faire que l’animal puisse le transmettre. Par précaution, le Danemark a fait tuer 15 millions de visons sur son territoire. La destruction de l’habitat des animaux et la destruction de la biodiversité génère la propagation des épidémies. 70% des maladies infectieuses sont d’origine animal. Par exemple, le moustique tigre véhicule est un facteur important de transmission. En Allemagne pendant la pandémie un autre virus est apparu : le virus du Nil occidental. Est-ce cette espèce qui la propage? A moins que cela soit le moustique commun, ce qui est plus inquiétant. Le réchauffement climatique joue un rôle dans leur reproduction et leur présence partout.

En Allemagne, des personnes sont atteints d’encéphalite suivi d’un coma et la mort. Beaucoup de personnes meurent de cette façon inexpliquée. Après des analyses, ils identifie la maladie : le Bornavirus. Un virus qui concerne que les chevaux et qui n’est pas transmissible à l’Homme. La musaraigne bicolore à dents blanches, elle peut transmettre la maladie via ses déjections. Elle concerne assez peu de personnes. Que va nous réserver l’avenir avec la destruction de la faune sauvage partout dans le monde et l’augmentation des températures? A t’on envie de le savoir?

Un reportage qui fait réfléchir à l’avenir de la planète. Au final, se sont peut-être les virus et les épidémies qui auront notre peau en premier.

Lien Arte : https://www.arte.tv/fr/videos/093648-000-A/virus-et-epidemies-l-ile-laboratoire/

Présentation générale
« Immersion au cœur de « l’Alcatraz des virus », en mer Baltique, où de nombreux chercheurs tentent d’endiguer des épidémies dévastatrices. 

Situé sur la petite île allemande de Riems, en mer Baltique, l’institut Friedrich-Loeffler compte parmi les centres de recherche sur les virus les plus anciens au monde. Ainsi, depuis 1910, plusieurs centaines de chercheurs travaillent d’arrache-pied afin de percer les secrets de virus particulièrement dangereux, à l’instar de la rage, de la peste porcine, d’Ebola – et plus récemment encore du SARS-CoV-2. L’île abrite aussi une vingtaine d’espèces animales différentes, de la vache aux volailles en passant par les cochons d’Inde, sans oublier les crabes et même les moustiques. Autant de façons pour les chercheurs d’étudier les effets d’agents pathogènes en perpétuelle mutation, et ainsi espérer les devancer dans un intense contre-la-montre. Tandis que l’épidémie de peste porcine africaine n’a pas encore atteint la France, elle cause déjà de nombreux dégâts en Europe de l’Est et sévit parmi la population allemande de sangliers. Si elle venait à se propager aux élevages porcins outre-Rhin, son effet économique pourrait s’avérer désastreux pour l’ensemble du pays. Aussi, un vaccin prometteur est-il actuellement testé sur l’île de Riems. Auprès des chercheurs qui y travaillent, une immersion au cœur de ce laboratoire à nul autre pareil. « 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s