Sweet Jayne Mansfield – Sweet Jayne – Jean-Michel Dupont, Roberto Baldazzini et Noël Simsolo

Beaucoup veulent devenir une star mais peu y arrivent. Jayne Mansfield avait une détermination hors du commun. Mais parfois, à vouloir trop briller, on peut se brûler les ailes.

Jayne était très heureuse dans sa famille. Son père l’adorait et avait un bel avenir devant lui. « Dommage que son coeur l’ait trahi ». Quand sa mère a pu enfin tourner la page, elle présente Harry Peers à sa fille. Il se comporte comme son nouveau papa. La nouvelle famille va prendre un nouveau départ au Texas. La demoiselle aime attirer l’attention, qu’on l’admire. C’est décidé, elle deviendra une star. L’adolescence lui a permis enfin d’avoir des arguments pour attirer le regard des hommes. Une poitrine pointe le bout de son nez. Et avec un peu de maquillage, elle paraît plus grande. Mais à 15 ans, on est bien naïve. A tel point, qu’elle se fait violer en état d’ébriété avec le bonus bébé. Par chance, très vite elle tombe amoureuse d’un homme, Paul Mansfield, qui l’épouse du haut de ces 16 ans. Son mari attend à la caserne comme réserviste. Jayne s’expose ce qui rend les femmes jalouses et les hommes envieux. On lui demande de plus se couvrir. Elle n’a d’autre choix que d’obtempérer. De toute façon, son mari part en Corée quand il reviendra, elle pourra tenter sa chance à Hollywood. Une rencontre avec Baruth Lumet va l’aider à se faire une place au théâtre. Mais cela ne sera pas suffisant à Hollywood et 6 mois c’est bien court. Impossible? Jim Byron lui a de la suite dans les idées et voit le potentiel de la jeune femme. Puis très vite, les lumières vont se diriger vers elle, fait de la scène, des films, des photos, changent régulièrement d’amants… « Une étoile était née ». Toutefois, l’éclairage est fluctuant pour parfois passer dans des zones d’ombres. Le fait d’être tombé enceinte quatre fois encore n’a pas aidé et le temps file aussi. La beauté attire aussi des hommes peu recommandables.

Jayne Mansfield est une vraie personne qui a su marqué l’imaginaire de nombreux américain. Sa personnalité et son sex-appeal ont su happé aussi bien les écrans que les photographies. Que reste t’il dans la mémoire de cette playmate de 1955 à ce jour? Surtout que certains francophones pourraient la confondre avec Jeane Manson, la chanteuse américaine. Autres époques mais pas forcément autres mœurs. Une femme peut-elle se faire une place sans jouer avec son physique? D’autant plus quand on a une forte poitrine et que l’on se fait teindre les cheveux en blond? Les similitudes avec Marylin Monroe ne manquent pas. D’ailleurs, elle l’a inspiré pour trouver sa place. Elles contribuent à la construction de l’imaginaire collectif de la femme blonde fatale et sexy. Est-ce que cela à tellement changé de nos jours? On vous laisse réfléchir à cette question. Dans la bd on suit la vie d’une femme qui a toujours voulu devenir une étoile que l’on admire, qui fait fantasmer… même s’il a fallu coucher avec quelques hommes. Et pour rester en haut de l’affiche, elle était prête à tout car la notoriété n’attend personne. Il faut sans cesse la bousculer pour qu’elle prête attention à nous. Malheureusement pour elle, ce qui l’a poussé à accepter le pire. Sa fin a peut-être été moins difficile que Marylin. Toutefois, il n’y a rien d’envieux à cela. Jean-Michel Dupont écrit un scénario très précis sur l’ensemble des rebondissements de la vie privée de la comédienne. Roberto Baldazzini, à ces côtés, propose un dessin assez classique et hollywoodien à la fois, qui correspond très bien à cette biographie. Le fait d’insérer des vraies couvertures de magazines et de films apportent de la vraisemblance au récit. La fiction rencontre la réalité. Un petit détail qui fait vraiment la différence. Au final, on passe un bon moment de lecture qui donne envie de voir ou revoir « Embrasse-la pour moi » ou « La blonde explosive ».

Il est bien de connaître les icônes d’un autre temps. Notre regard change sur la difficulté des femmes à se faire une place dans le cinéma.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s