Le pouvoir du design – Arte

Les objets doivent-ils être forcément beaux? Et si le design pouvait aller plus loin que l’aspect esthétique? Le design de demain appel à la responsabilité de chaque créateur pour faire des produits plus respectueux de la nature et de la société.

Le design doit-il servir la population? Le design doit-il être politique? Le design doit-il au service de l’Homme? Le design doit-il prendre en considération le développement durable? Et comment concilier tout cela si le but est de produire des objets en série? Peut-on inventer des objets de façon réduite, pratique et respectueuse de l’environnement? Faut-il plus penser au partage qu’à l’achat personnel? Ce n’est pas une réflexion moderne puisque l’éco-designer Victor Papanek né en 1923. Jean-Sébastien Poncet et Martin Sauvadet proposent des projets autour du jardin comme un lieu de rencontre où chacun peut contribuer. Par exemple, utiliser des matériaux comme du bois issue d’une tempête, des fèves de cacao de chez un chocolatier et des graines collectés auprès d’association d’échanges de semences. J’ai été assez surprise par les outils solaires de Marianne van Aubel qui grâce à des pigments photosensibles posés sur une vitre de façon esthétique qui peuvent recharger votre téléphone portable ou pour créer un système d’hydroponie qui pourrait être mis sur les toits. Julia Lohmann travaille elle sur les algues comme matériaux qui est assez souple et change de couleurs selon la nature de la plante ainsi son exposition à la lumière. Des démarches nouvelles qui montrent qu’il est possible de penser le monde autrement.

Lien vers le reportage : https://www.arte.tv/fr/videos/092154-000-A/le-pouvoir-du-design/

Description officielle : « Immersion dans un monde du design contemporain en quête de pratiques plus vertueuses. À Helsinki, la designer allemande Julia Lohmann utilise des algues pour créer des vêtements teints ; à Amsterdam, Marjan van Aubel donne naissance à des objets fonctionnant grâce à des cellules photovoltaïques organiques ; à Londres, le duo Superflux met au point des installations futuristes pour pallier d’éventuelles pénuries alimentaires.

Avec son incommensurable pouvoir de séduction, le design s’est fait l’allié de poids du capitalisme. En détectant et en définissant les tendances, il crée en permanence de nouvelles incitations et alimente la consommation de masse, bien souvent sans se soucier des ressources engagées. Mais aujourd’hui, une nouvelle génération de penseurs et de designers, consciente de la destruction de l’environnement et du changement climatique, s’attache à prendre en compte les problématiques écologiques. À Helsinki, la designer allemande Julia Lohmann, qui enseigne à l’université Aalto, se penche sur les propriétés des algues, qu’elle utilise pour créer des structures monumentales, mais aussi des prototypes de vêtements teints à l’aide de colorants bio. C’est l’énergie solaire qui retient toute l’attention de sa consœur Marjan van Aubel, à Amsterdam : la jeune femme donne naissance à des objets fonctionnant grâce à des cellules photovoltaïques organiques, qui allient esthétique et autonomie énergétique accrue. Enfin, le duo londonien Superflux, formé par les designers et artistes Anab Jain et Jon Ardern, met au point des installations futuristes suscitant la réflexion sur d’éventuelles pénuries alimentaires qu’engendreraient des conditions climatiques perturbées. »

Réalisation : Reinhild Dettmer-Finke

13 réflexions sur “Le pouvoir du design – Arte

Répondre à noctenbule Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s