Arte – Tome 10 – Kei Ohkubo

Arte est dans une position délicate. Elle doit réaliser un portrait tout en donnant des informations personnelles sur sa cliente. Comment va t’elle s’en sortir?

Monseigneur Silvion a demandé à Arte de faire un portrait de la jeune Iréne afin de la surveiller. Au prétexte de faire son portrait, elle doit récolter des informations sur elle et sur la raison de sa présence. Une seule chose l’importe, réussir son portrait. Et quand elle propose plusieurs croquis à la jeune fille, aucun ne retient son attention. Une réaction qui déplaît à Arte car elle a l’impression d’être passé à côté de quelque chose. D’habitude, elle en sait plus sur ces modèles pour mieux les représenter. L’art est plus fort que tout. Et les langues vont se délier pour créer un lien authentique. La vérité va éclater et les demoiselles vont se parler à cœur ouvert. Il n’en fallait pas plus pour trouver l’inspiration et se mettre en action.

Etre une femme aristocrate et artiste est un atout parfois et d’autre nom. Un homme de pouvoir va utiliser son statut pour faire de l’espionnage. Une position désagréable de notre héroïne que l’on sait fondamentalement gentille et bienveillante. D’autant plus qu’un homme doute de ces talents. Pourquoi en aurait-elle moins qu’eux? De toute façon, la seule personne à convaincre de sa vaillance et de son ingéniosité, c’est elle même. Kei Ohkubo nous montre une démarche créative complète qui va au-delà des règles classiques. Il faut suivre son coeur et l’inspiration viendra. Une nouvelle chose vient se rajouter avec l’aspect sentimental. Pour la première fois, Arte formalise de façon claire et limpide qu’elle est amoureuse de son maître, Léo. Jamais, cela na été montré de façon aussi directe. Surtout qu’un jeune garçon du même âge qu’elle est apparu précédemment. Arte va t’elle se rendre compte que son sentiment est tronqué et lié à son âge ainsi que sa situation? En tout cas la suite est prometteuse en rebondissements aussi bien sur le plan pictural qu’affectif.

Une chaleureuse aventure artistique avec une jeune femme au pouvoir qui découvre son talent, les relations sociales et l’amour. Jusqu’au cela peut aller?

L’avis des Blablas de Tachan : « Avec ce nouveau tome, j’ai apprécié de voir Arte continuer à grandir en tant que femme et artiste en se posant les bonnes questions. Cependant, je n’ai pas vraiment accroché à la relation nouée entre Irène et elle, ni à l’intrigue autour de la commande de ce portrait. Cela m’a moins charmée que d’habitude. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s