Missouri 1627 – Ted Caplan et Jenni Hendriks

Parfois, on fait des plans sur la vie et quelques petits trous dans des préservatifs peuvent tout changer. Véronica doit alors faire un choix qui implique son futur. Saura t’elle faire le bon choix?

Depuis qu’elle est arrivée au lycée, Véronica a décidé d’être la meilleure et de devenir très populaire. Alors adieu la copine un peu craignos du collège et bienvenue à la nouvelle jeune demoiselle comme il faut. Elle a trouvé des filles comme il faut, travailleuses, suiveuses presque sans personnalités. Et bien entendu, le petit copain ne peut être que le plus sexy de l’équipe de foot. Tout ça lui permet d’être acceptée dans une excellente fac en plus d’être la major de sa promo. Tout était bien organisé. Sauf qu’un jour, les règles mettent du temps à arriver. Comment est-ce possible? Kevin porte toujours au moins un préservatif. Heureusement que sa grande soeur n’arrête pas de faire des enfants ce qui lui permet d’avoir des tests de grossesse d’avance. Elle lui en vole un et le pire se révèle à elle. Là voilà enceinte. Elle ne veut pas renoncer à son destin si prometteur et décevoir tout le monde. Une seule solution s’offre à elle : avorter. Encore un problème, car elle est issue d’une famille catholique très croyante. Et que dans l’état où elle réside l’avorter est possible avec l’accord d’un adulte. Pour ne pas en avoir besoin, il faut aller beaucoup plus loin, dans un autre état. Le week-end de révision avec les copines est l’occasion de se libérer. Maintenant, il ne reste qu’à trouver un chauffeur et l’argent nécessaire. Kevin pouvait surement aidé. Quelle n’a pas été sa surprise en apprenant qu’il perçait les préservatifs afin qu’elle tombe enceinte. Ainsi, elle restera dans la ville, ils se marieront et il trouvera un travail. Quel connard de l’avoir piégé ainsi. Le sentiment d’amour s’est brisé tout net. Elle va voir son ancienne meilleure amie Bailey qui pourra peut-être l’aider. Ce qui est le cas. Et là débute un road-trip dans le Missouri, à 1627 kilomètre de chez elles, des plus improbables qui a permis à deux jeunes femmes de se trouver et de s’affirmer.

A 17 ans, on rêve d’un avenir même si certains ne savent pas quoi encore. Mais pas vraiment de devenir mère, d’autant plus en France qu’aux Etats-Unis. Véronica a tout pour réussir sauf prévoir la bêtise de se copain. Il est le cliché de l’adolescent qui est vraiment très beau, donc populaire, surtout qu’il pratique un sport qui lui confère une aura supplémentaire. Et comme bien souvent, il ne brille pas par son intelligence avec un prénom qui va avec : Kévin. Toutefois, il a une compétence. Il sait comme faire des bébés et il pense à faire des trous dans le ou les préservatifs utilisés. J’ai un peu tiqué sur cette information. Il ne faut jamais superposer deux capotes, JAMAIS, ni plus d’ailleurs. C’est dommage que ce genre de choses avec des moyens de contraception ainsi que des noms d’association ou de numéro de téléphone soient proposés à la fin. Je pense que la lectrice américaine à encore plus de difficultés à trouver des informations fiables qu’en France. L’éditeur français n’a pas lui non plus vu l’utilité de rajouter ces informations. Informer ne veut pas dire en faire l’apologie. La situation en France commence aussi à tomber bien bas sur ces sujets. Les intégristes religieux aussi reprennent du pouvoir comme on a pu malheureusement le constater lors de manifestations « un papa, une maman et une croix au dessus du lit » ou les manifestations contre les ivg et la contraceptions. Et tout ça en renfort de communication et des centaines de gens financer par des gens influents. La régression et le patriarcat ont encore de beaux jours devant eux. La pandémie n’a rien arrangé à cela.

Les intégristes religieux y sont beaucoup plus influents aux Etats-Unis. Les pro-lifes, ces faux biens pensants, vont devant les centres pour humilier les femmes qui y vont. Difficile de faire grossir des congrégations sans enfants. Certains vont jusqu’à tuer des médecins ou personnes y travaillant. C’est vraiment un sujet de société très sensible car dès que la religion se mêlent à la liberté des femmes cela devient extrême. Il y a des états où un homme qui viole une adolescente doit l’épouser. Vous imaginez très bien l’ignominie de la chose? Toujours ces pauvres hommes victimes de leurs hormones. Va t’il falloir faire alors l’apologie de la castration pour leur remettre les idées en places.

L’autre histoire est l’amitié enter deux adolescentes qui se cherchent. L’une populaire va se rendre compte qu’elle est fausse pour correspondre peut-être à une image et l’autre, c’est la peur qui l’empêche de s’ouvrir aux autres. Entre elles, les tabous vont s’effondrer et dire la vérité va les libérer. Le sujet de l’homosexualité est aussi abordé avec beaucoup de pédagogie et sans jugement. Dans une société ultra-religieuse donc intolérante, l’homosexualité est encore moins bien perçu que l’avortement. Comment trouver sa place dans une société où l’on apprend aux enfants dès leur plus jeunes âges à l’église que se sont de mauvaises personnes? Véronica qui a toujours suivi ou presque (pas l’abstinence avant le mariage) se rend compte que ces apprentissages religieux n’ont pas vraiment de sens dans la société moderne. Nous ne sommes plus au 18ème siècle où il faut que les femmes restent soumises. Elle a mis du temps à le comprendre mais elle n’est pas obligée de ressembler à ce que l’on veut d’elle. Elle peut être elle-même et dire merde aussi si elle veut. Deux filles qui d’apparence tout semble séparer. Mais leur envie de liberté assumé va les rapprocher, qu’importe ce qui arrive dans la vie. Ted Caplan et Jenni Hendriks vous raconte ça avec beaucoup d’humour et de bienveillance.

Un charmant livre à mettre entre les mains de toutes les jeunes filles et à disposition dans toutes les bibliothèques.

L’avis de Malecturotheque : « En un mot comme en 889 (c’est le nombre de mots de mon retour ci-dessus, tout à fait!), Missouri 1627 est une super lecture avec des héroïnes que j’ai beaucoup apprécié, de même que leur histoire. Je ne peux que vous conseiller ce roman et, pour ma part, je me dis que je regarderais bien le film… »

Missouri 1627 par Ted Caplan

Missouri 1627

Missouri 1627

Ted Caplantous les livres sur Babelio.com

6 réflexions sur “Missouri 1627 – Ted Caplan et Jenni Hendriks

Répondre à noctenbule Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s