A la découverte de la SFFF avec Delcourt et Soleil


Mais qu’est-ce que la SFFF? Comment savoir identifier les genres? Que lire et que voir? Les éditions Delcourt et Soleil vous proposent 5 guides pour éclairer votre curiosité.

Le tome 1, nous mène la découverte du space opéra. Une petite définition s’impose : « Vous voulez de l’épique, de la saga grandiose, des récits d’aventures en seize neuvième et de l’action menée par des personnages très caractérisés dans une dramaturgie œuvrant à très grande échelle? Cette catégorie de SF est pour vous. Vous passerez de très bons moments en compagnie d’aliens armés de sabres laser voyageant à bord de vaisseaux spatiaux. Oui, Star Wars en est le meilleur représentant. Il en est même le maître étalon. Les intrigues personnelles s’imbriquent aux évènements géopolitiques et l’action se joue à échelle galactique. On peut pourtant toujours se sortir d’une mauvaise passe à coup de pistolaser. Attention, les gentils vauriens tirent toujours les premiers… »

Que faut-il voir en terme de série et de film ainsi lire en romans pour s’approprier le genre?
Les éditeurs BD nous conseillent dans leur catalogue :
– Sillage, tome 20 de JD Morvan et Philippe Buchet,
– Conquêtes, tome 4 – Uranie de Jean-Luc Istin et Stéphane Louis,
– Les naufragés d’Ythaq, tome 16 – Les Assiégés de Glèbe de Christophe Arleston et Adrien Floch,
– Centaurus, tome 5 – Terre de mort de Leo, Rodolphe et Zoran Janjetov…

Le tome 2, nous mène la découverte du thème le l’anticipation. Une petite définition s’impose : « C’est le genre littéraire qui a donné naissance à la science-fiction. Lorsque des auteurs, comme Jules Verne ou Orwell, ont pris le parti de plonger leurs intrigues dans un futur, généralement proche, nécessairement fictif mais toujours crédible, on a défini leurs œuvres comme «romans d’anticipation». Lorsque le terme de «science-fiction» apparaît en 1925, l’anticipation devient un sous-genre de celle-ci (mais pas toujours) et aujourd’hui ce style met en scène des sociétés différentes de la notre mais toujours dans un futur proche. Ces sociétés peuvent tout à fait être dystopiques ou utopiques, même si la littérature s’empare souvent de ce style pour, en poussant quelques curseurs soigneusement choisis, dénoncer les désastreux écarts de notre monde et développer un concept sur les dérives qui en découlent. La SF est un parfait vecteur de réflexion sur notre avenir et par extension sur notre présent, à ce titre l’anticipation en est le parangon. »

Que faut-il voir en terme de série et de film ainsi lire en romans pour s’approprier le genre?
Les éditeurs BD nous conseillent dans leur catalogue :
– Androïdes, tome 7 – La dernière ange de JD Morvan et Elia Bonetti,
– Obliovion Song, tome 3 de Robert Kirkman et Lorenzo De Felici,
– Golden City, tome 13 d’Amber Daniel Pecqueur et Nicolas Malfin,
– Arctica, tome 10 – Le complot de Daniel Pecqueur et Bojan Kovacevic,
– Ghost war, tome 3 de Jean-Pierre Pécau et Stefano Martino,
– Fédération, tome 2 d’Ange et Alain Janolle…

Le tome 3, nous mène la découverte de le steampunk. Une petite définition s’impose : « Le Steampunk c’est le genre littéraire de la science fiction qui part d’un principe fondateur: le progrès, à la révolution industrielle, prend un autre chemin et développe massivement une technologie autour des machines à vapeur (steam). Le charbon est roi et la fée électricité une chimère. Ces mondes «rétro-futuristes» prennent des allures de 19e siècle victorien où les rouages de cuivre, les engrenages de laiton sont légions et les lourdes fumées noires dotent les capitales, à l’image de Londres, de son propre smog. (Association des mots Smoke/Fumée et Fog/Brouillard, brume de pollution qui obscurcit les villes d’un épais voile de grisaille.) Le Steampunk c’est aussi et surtout une esthétique qui réussit le tour de force de lier futur et nostalgie dans une imagerie de machineries folles plongées à la Belle Epoque. C’est donc naturellement que les cosplayers se sont emparé du genre car c’est visuellement que ce sous genre de la science fiction y développe la puissance de son imaginaire. »

Que faut-il voir en terme de série et de film ainsi lire en romans pour s’approprier le genre?
Les éditeurs BD nous conseillent dans leur catalogue :
– Moriarty, tome 3 – Le voleur aux cent visages de Fred Duval, Jean-Pierre Pécau, Gess et Stevan Subic,
– Sonata,  tome 1 de David Hine et Brian Haberlin,
– Métamorphoses, tome 1 de Tyria Jacobaeae, Sylvain Ferret et Alexie Durand,
– Time lost, tome 1 de Jean-Luc Sala et Afif Khaled,
– Hauteville House, tome 17 de Fred Duval et Thierry Gioux,
– Les arcanes du midi-minuit, tome 14 de Jean-Charles Gaudin et Cyril Trichet…

Le tome 4, nous mène à la découverte du thème le post-apocalyptique. Une petite définition s’impose : « La vie telle que vous la connaissez n’existe plus. Une catastrophe, qu’elle soit nucléaire, venue d’outre espace, pandémique, politique, économique ou écologique, a réduit la civilisation à un tas de ruines et les survivants doivent trouver leurs propres solutions pour survivre. Les dits survivants étant bien souvent humains, les solutions sont alors terribles, violentes ou amorales. Dans le genre du Post-apocalypse, c’est souvent un prétexte pour parler de la condition humaine et du fragile équilibre qui sépare un homme, un groupe, une civilisation de la barbarie. Est-ce que la vraie nature de l’homme se révèle-t-elle lorsqu’elle est privée des carcans législatifs qui organisent la cité ? »

Que faut-il voir en terme de série et de film ainsi lire en romans pour s’approprier le genre?
Les éditeurs BD nous conseillent dans leur catalogue :
– Walking dead prestige, tome 1 de Robert Kirkman et Charlie Adlard,
– Zombies, tome 1 d’Olivier Péru et Sophian Cholet,
– Blade Runner 2019, tome 1 de Mike Johnson, Michael Green et Andres Guinaldo,
– Carmen Mc Callum, tome 17 de Fred Duval et Stéphane Louis,
– Travis, tome 14 de Jean-Charles Gaudin et Cyril Trichet,
– Cyberwar, tome 1 de Daniel Pecqueur et Denys,
– Solo, tome 1 d’Oscar Martin?
– Solo – Chemins tracés, tome 1 d’Oscar Martin et Alvaro Iglesias…

Le tome 5, nous mène la découverte de l‘uchronie. Une petite définition s’impose : « L’uchronie n’est originellement pas issu de la science-fiction mais c’est le genre dans lequel il s’autorise les récits les plus fous. Si les littératures de l’imaginaire permettent une infinité de possibilités du réel, l’uchronie, plus encore que l’anticipation, reste la plus adéquate pour réinterpréter ce dernier et finalement mieux connaître le monde dans lequel nous vivons. Redistribuer les cartes pour tenter de comprendre comment s’imbriquent les rouages des évènements et leurs effets sur l’histoire de l’humanité. Il n’est pas étonnant que parmi les auteurs de SF, des historiens se soient prêtés à l’exercice. »

Que faut-il voir en terme de série et de film ainsi lire en romans pour s’approprier le genre?
Les éditeurs BD nous conseillent dans leur catalogue :
– Jour J, tome 42 de Fred Blanchard, Fred Duval, Jean-Pierre Pécau et Brada,
– Prométée, tome 21 de Christophe Bec et Jean Diaz,
– L’histoire secrète, tome 0 de Jean Pierre-Pécau et Igor Kordey,
– La grande guerre des monde, tome 1 de Richard D. Nolane et Zeljko Vladetic,
– Le château des millions d’année, tome 1 de Richard D. Nolane, Zeljko Vladetic,
– Wunderwaffen présente Zeppelin’s war, tome 1 de Richard D. Nolane, Vicenç Villagrasa,
– Wunderwaffen présente Space Reich, tome 1 de Richard D. Nolane, Maza, Marko Nikolic…

 

 

 

Merci Pativore de la découverte

4 réflexions sur “A la découverte de la SFFF avec Delcourt et Soleil

  1. Beau billet, tu expliques bien tout 🙂
    Pour le tome 3, le lien est bon mais c’est steampunk pas uchronie 😉
    J’aime beaucoup le post-apo depuis ma jeunesse (après avoir vu Le dernier homme et La planète des singes), le space opera je le préfère en visuel (BD, films, séries), sinon j’aime toute la SF 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s