Sherlock – Tome 1 – Une étude en rose – Steven Moffat, Mark Gatiss et Jay

Que diriez-vous de vous plonger dans la première aventure en duo de Sherlock et John? Attention, les meurtriers ne s’en sortent jamais vraiment indemnes. Peut-être Moriarty pour le moment, mais juste pour le moment.

Le gars sur la couverture vous rappelle quelqu’un? Rien de plus normal puisque c’est le charmant Benedict Cumberbatch. Avec sa veste bleu et son écharpe, vous avez compris que le comédien incarne le fameux Sherlock Holmes. L’excellente série BBC s’adapte en version manga pour le plus grand plus plaisir des fans du monde entier. « Une étude en rouge » de Conan Doyle devient « Une étude en rose ».

Le charme opère tout aussi bien en adaptant le récit à notre époque. Direction Londres, le 12 octobre, sir Jeffrey Patterson est retrouvé mort. Un suicide dit-on mais il n’avait aucune raison de se tuer. Puis 26 novembre, James Phillimore, 18 ans retrouvé également mort avec le même verdict : suicide.  27 janvier, le corps de Beth Davenport, sous-secrétaire d’état aux transports, retrouvé sur un chantier. Motif du décès : suicide. L’inspecteur Lestrade donne une conférence de presse mais elle sera dérangée par un homme qu’il connaît bien. « Tu sais où me trouver. SH ».

John Watson a bien de difficultés depuis qu’il est revenu de la guerre d’Afghanistan. Les cauchemars perturbent ces nuits et sa jambe fait des siennes. Maintenant il faut trouver un logement et Londres est vraiment cher. Un de ces amis lui propose de faire une colocation avec un homme assez particulier. « Je m’appelle Sherlock Holmes et le logement se trouver 221B Baker Street. A demain! » Une amitié singulière vient de naître entre les deux hommes. Alors il va accompagner Sherlock quand Lestrade fait appel à lui pour le quatrième suicide. Cette fois, un mot tient compagnie au cadavre. Qui est cette Jennifer Wilson? Et pourquoi a t’elle gravé RACHE avant de mourir? Sherlock a bien des idées. Déjà, il sait que la femme vient de Cardiff pour une aventure de quelques heures. Il manque une valise rose. Où peut-elle être? Petit à petit, tous les éléments se mettent en place. Comme à son habitude, Sherlock comprend le premier et prend un taxi qui peut le mener à sa fin. Saura t’il choisir la bonne gélule? L’une le sauvera et l’autre le tuera. Mais son destin ne s’aurait s’écrire sans l’intervention de John, élémentaire.

On ne pouvait faire une histoire plus fidèle au premier épisode de la série. On retrouve tous les personnages même les plus secondaires. Pour la plupart, ils sont reconnaissables au premier coup d’oeil. Le suspens monte de façon progressive tout comme le lien invisible qui se créer entre Sherlock et John. Le choix du noir et blanc n’est absolument pas gênant surtout lorsqu’on est habité à la lecture de manga. En effet avec le titre « Une étude en rose » on aurait pu s’attendre à voir cette touche de couleur. Mais la question que l’on peut se poser, est-ce que c’est nécessaire? La réponse est un non catégorique. Doit-on voir pour croire? Vous savez bien que non. Les fans de la série, comme moi, risque d’adorer cette lecture et peut-être même que cela va les rendre accro au 9ème art japonais. Certain dénonce le fait que cela soit comme dans la série, c’est une adaptation de la série et non une libre adaptation de la nouvelle originale. Les adaptations libres ne manquent dans aucun genre que cela soit téléfilm, film, dessin animé, livre, bd…. La couverture annonce la couleur donc pas de mensonge sur la marchandise. Et il faut aussi noter que même si on retrouve le même file conducteur, cela ne peut être vraiment identique. L’exigence du genre lecture et bd oblige de faire des modifications par rapport à une série. Seuls les grands puristes sherlocksiens s’en rendront compte. Mais, qu’importe, la lecture de cette aventure risque de provoquer deux choses : l’envie de lire les autres tomes de la série et aussi de la regarder à nouveau car on ne s’en lasse pas.

Une belle mise en bouche qui promet de nouvelle lecture et visionnage. Affaire à suivre.

L’avis de Belette : « Je conseille à tous les fans de la série, de revivre les aventures (terminées) de Sherlock sous ce format. Pour les autres, vous pouvez aussi vous lancer ! »

5 réflexions sur “Sherlock – Tome 1 – Une étude en rose – Steven Moffat, Mark Gatiss et Jay

  1. Pingback: Challenge lecture 2020 – 100 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: CoronaPAL de mangas | 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: CoronaPal de la semaine | 22h05 rue des Dames

  4. Pingback: CoronaPal de la semaine 3 | 22h05 rue des Dames

  5. Pingback: Bilan culturel – Avril 2020 | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s