King Kong Théorie – Virginie Despentes

La femme doit être soumise et se taire? Tout faux, elle peut être ce qu’elle veut et personne n’a à lui dicter son chemin. Si vous avez un doute, Virginie Despentes va vous en convaincre.

Le livre débute par un paragraphe percutant : « J’écris de chez les moches, pour les moches, les vieilles, les camionneuses, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, les hystériques, les tarées, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf. Et je commence par là pour que les choses soient claires : je ne m’excuse de rien, je ne viens pas me plaindre. Je n’échangerais ma place contre aucune autre, parce qu’être Virginie Despentes me semble être une affaire plus intéressante à mener que n’importe quelle autre affaire. » Cela m’a convaincue de me plonger dans cet essai sulfureux qui a fait couler beaucoup d’encres.

Quand elle parle des contradictions sur la posture de nombreuses femmes qui veulent être femme, intelligente mais en gardant un jeu de séduction. Car au final c’est ce que l’on attend des femmes? Sa valeur, sa capacité n’est-elle pas toujours rattachée à son aspect physique contrairement à ces messieurs?  Combien n’essaie de conquérir une place qu’elles ont le droit car on entend bien trop souvent que seuls les hommes ont la carrure pour réussir. Pour éviter de dire d’avoir des couilles car on pourrait trouver cela vulgaire. Mais n’entend pas trop aussi « il faut qu’il mette ses couilles sur la table »? Il n’existe pas d’équivalent féminin. Est-ce que cela veut dire qu’elles n’ont jamais de courage à prendre, elle?

Le viol, un sujet dont on commence à parler. « Car les hommes condamnent le viol. Ce qu’ils pratiquent, c’est toujours autre chose ». Certains osent dire que c’est à cause des films porno. Avant c’était quoi l’excuse de merde alors? « C’est d’abord une stratégie guerrière, qui participe à la virilisation du groupe qui la commet tandis qu’il affaiblit en l’hybridant le groupe adverse, et ce depuis que les guerres de conquêtes existent. » Le mot qui porte tout son sens pourtant rester tabou. Celles qui sont violées évitent de dire le mot car fait peser beaucoup sur elle et sur le jugement des autres. « Dans le camp des agressés, comme chez les agresseurs, on tourne autour du terme. C’est un silence croisé ». Faut-il penser alors qu’être violé fait partie de la condition féminine? Qu’au final on ne peut rien contre tous ces pervers violeur? que c’est quelque chose de normal? Bien entendu que non. On entend encore bien trop souvent « elle s’est fait violée parce qu’elle portait une mini jupe ». Et donc cela excuse qu’un homme viole une femme? Et quand une femme porte un pantalon ou un voile intégral c’est quoi qui excuse le violeur? Le droit de se venger ce n’est pas bien. « C’est Damoclès entre les cuisses ».

La prostitution n’est pas en reste sur les sujets controversés. Moralement réprimé mais au combien fréquenté par ces messieurs qui doivent soulager quelques tensions. Faut-il punir les prostitués? les macs ou les clients? A chaque gouvernement, ces pseudos propositions pour résoudre un problème qui n’en est pas vraiment un. Comment différencié un mac qui fait venir des filles des pays de l’Est ou d’Afrique pour les mettre sur le trottoir de celles qui en font un choix comme auto-entrepreneuse? Virginie Despentes fait part de son expérience qu’elle a eu pendant 2 ans, afin de gagner de l’argent. « Du coup, d’un point de vue physique : toucher la peau d’un autre, mettre la sienne à disposition, ouvrir ses cuisses, son ventre, son corps entier à l’odeur de l’étranger, l’écoeurement corporel à surmonter ne me poser pas de problème. C’était affaire de charité, même tarifée. » La prostitution fait réfléchir également au statut de l’homme et de la femme. « Puisque le sexe pour les femmes, hors l’amour, c’est toujours dégradant ».

Sortez votre crucifix car dans les sujets sulfureux, comment ne pas évoquer le porno. « Cette attitude est objectivement surprenante : est-ce qu’une levrette en gros plan menace la sûreté de l’Etat? » Les adeptes des films porno ne manquent pas surtout quand on connaît le succès de certaines plateformes. Un domaine qui est toujours dans l’innovation avant bien d’autres secteurs. Pourtant sa réputation en France est bien critiquée. Dès qu’il est question de sexualité, il ne manque jamais de bien pensant. Mais même ceux qui adore la branlette devant leur écran font preuve de discrimination et uniquement envers les actrices. « Il fallait qu’elle disparaisse de l’espace public. Pour protéger la libido des hommes, qui aiment que l’objet du désir reste à sa place, c’est-à-dire désincarné, et surtout muet. » Certaines arrivent à tirer leur épingle du jeu en maîtrisant leur image de A à Z. VGA a interdit les cinémas pornos victimes de leur succès. Il faut protéger le citoyen de son plaisir, pour le bien de la nation. Allez comprendre. « Le peuple, lui, va rester bien tranquille, trop de luxure dérangerait sans doute son application au travail ». Ses films aussi changent aussi le regard sur la sexualité obligeant les femmes à avoir des orgasmes comme une chose normale (il suffit de regarder les marronniers de la presse féminine) ou qu’il faut un homme pour ce plaisir. Celui que la femme peut avoir seule ou avec une autre femme est amoindri, montrer du doigt. Les problèmes pointent le bout de leur nez car comment faire pour ces messieurs pour qui cela devient un impératif? Et les filles cherchent des hommes qui sauront les faire jouir comme au cinéma. « Ce sont les hommes qui survalorisent et subliment le corps féminin et qui, incapable d’en tirer le plaisir espéré, accumulent les conquêtes dans l’espoir d’éprouver, un jour, quelque chose de l’ordre du vrai orgasme ». Pour comprendre mieux le secteur je vous invite à la lecture de « La fabrique pornographique » de Lisa Mandel et Mathieu Trachman.

Ecrire en tant que femme oblige des règles de bien se tenir comme une petite fille à table. « Moi, je suis de ce sexe-là, celui qui doit se taire, qu’on fait taire. Et qui doit le prendre avec courtoisie, encore montrer patte blanche. Sinon, c’est l’effacement. » Pourquoi ne pas dire non? Refuser les clichés? Espérer un terrain d’égalité? Il y a des hommes qui veulent rester à la maison et s’occuper de leur progéniture et des femmes battante d’affaire efficace. « L’éternel féminin est une énorme plaisanterie. On dirait que la vie des hommes dépend du maintien du mensonge…. ». Lire Virginie Despentes même si vous n’adhérez pas à toute ce qu’elle écrit vous fera réfléchir à votre statut de femme ou au regard que vous avez de la femme. Beaucoup la décrit comme étant une femme vulgaire et grossière dans son écriture. Je n’ai pas trouvé cela plus déplacé que cela peut être un harlequin en terme de vocabulaire. Iriez-vous dire qu’Harlequin c’est vulgaire? Ce qui peut déranger repose plus sur les sujets évoqués comme le viol ou la prostitution. Mais rien de choquant la-dedans depuis le temps que cela existe et que chacun essai d’éviter d’en parler. Juste un chiffre, 16 400 personnes ont déposés plainte pour viol en 2017 et on estime que seulement 10% des victimes portent plaintes. Cela laisse réfléchir à peut-être évoquer plus certains sujets n’en déplaisent aux trop nombreux biens pensants. L’auteure propose une longue liste d’ouvrages pour pousser la réflexion pour ceux qui le souhaitent.

Un livre qui ne peut laisser indifférent et qui doit être mis entre les mains autant des femmes que des hommes. Une lecture non consensuelle qui remet les points sur les i.

Lire l’avis de Malecturotheque : « Lisez King Kong théorie, c’est tout ce que j’ai à dire. »

L’avis de ChroniquesLitteraires : « Ce livre est la voix de toutes les femmes, quelles qu’elles soient, d’où qu’elles viennent. »

4 réflexions sur “King Kong Théorie – Virginie Despentes

  1. Pingback: Challenge lecture 2020 – 100 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: CoronaPal de la semaine 3 | 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: Challenge lecture 2020 – 125 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  4. Pingback: Bilan culturel – Avril 2020 | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s