De la joie d’être bordélique – Jennifer McCartney

Le rangement, c’est devenu la grande tendance du moment. Mais comment bien tout ordonner? Faut-il demander à Mari Kondo la réponse? Et si au final, la réponse était d’assumer d’être bordélique?

Combien de fois vous a t’on répété quand vous étiez petit qu’il fallait ranger votre chambre? N’avez-vous pas essayé d’éviter trop de chaos avec des enfants en bas âges? Même maintenant quand vous recevez des gens, vous faîtes un grand rangement partout? On voit même une japonaise débarquer dans des maisons aux Etats-Unis pour leur expliquer comment bien ranger dans une émission télé. Et elle vous apprend à dire merci à vos vêtements et même à votre maison. Etes-vous certain que vous avez envie de mettre autant d’énergie pour faire du tri, du rangement et de garder le rythme sur la durée? Au pire, vous pourrez regarder les vidéos de Mari Kondo et même lire ses livres. Et si on vous avait mal conditionné? Pourquoi ne pas assumer votre côté bordélique?

Jennifer McCartney vous propose un petit guide sur l’anti-art du rangement. Pourquoi jeter des machins choses si vous les avez déjà conservé depuis un moment? Après tout, cela vous fait plaisir d’en avoir trop et en plus vous en rajoutez. Pourquoi changer? Votre maison est unique et à votre image. Elle ne ressemble pas à ces brochures commerciales qui essaient de vous vendre du rêve. Laissez votre personnalité s’exprimer, refuser le conformisme, soyez vous même (n’oubliez pas tous les autres sont déjà pris). A ce qui paraît les livres cela encombrent, il faudrait s’en débarrasser. J’aime les livres et j’aime en avoir partout. Chacun vit tranquillement sa vie dans sa pile en attendant d’être lu ou relu.

Si vous en avez marre des livres de développement personnel, ce livre « La joie d’être bordélique » vous fera du bien. Vous trouverez des conseils à suivre et tout pleins à ne pas suivre. Vous rigolerez et vous pourrez même faire des tests assez cons avec des réponses du même niveau. Mais l’auteure qui a possède un sacré sens de l’humour, vous garantie le bonheur dans le bordel ou dans la dérision. A vous de voir. Pourquoi ne pas essayer et s’en foutre des racontars? Il faut trouver le juste équilibre pour éviter qu’une accumulation vous tombe sur la tête et vous tue ainsi que votre chat. Pourquoi pas essayer une autre façon d’être heureux?

Un livre à offrir aux inconditionnelles de l’ordre. Peut-il que cela va les libérer, délivrer?

L’avis Des chroniques culturelles : « C’est, de fait, totalement déculpabilisant (enfin, j’imagine, le gène culpabilité a été oublié lors de ma fabrication) : nous ne sommes pas des robots sans âmes, et si nos maisons ne sont pas toujours bien rangées, c’est que nous y vivons, que nous attachons une valeur sentimentale aux choses, que nous sommes des êtres humains, imparfaits parce que vivants. « 

5 réflexions sur “De la joie d’être bordélique – Jennifer McCartney

  1. MERCI ! J’offrirai le livre à mon père, lui qui a du bordel monstre dans son bureau ! Pas sûr que ma mère dise merci 😆 J’ai du bordel aussi, rangé, mais j’ai trop de trucs, j’accumule, j’ai dur de jeter. Ben maintenant, je sais ce que je dois faire, être moi-même !!

  2. Pingback: Bilan culturelle – Mars 2020 | 22h05 rue des Dames

Répondre à noctenbule Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s