Le mystère de la crypte ensorcelée – Eduardo Mendoza

Une collégienne manque à l’appel. Pour la retrouver, il faut qu’un indic mène l’enquête pour trouver ce qui se trame derrière cette disparition. Va-t-il retrouver la liberté s’il ramène la jeune fille à sa famille ?

Après une balade dans un centre-ville de Toulouse, je découvre une librairie spécialisée sur le roman policier. Un choix que je trouve drôlement audacieux. Alors je décide de franchir la porte pour découvrir ce temple du crime. Très vite, une discussion chaleureuse s’entame avec le libraire passionné. Je lui demande un conseil de lecture, je chercher un policier avec de l’humour noir. On pourrait croire que je lance un défi de taille. Mais voilà qu’il me sourit et me dit qu’il a ce que j’ai demandé. Avec un regard un peu espiègle, il me donne « Le mystère de la crypte ensorcelée » d’Eduardo Mendoza. A ce qui paraît l’auteur espagnol est le plus représentatif de sa génération. Tout me semblait palpitant : une enquête policière, de l’humour caustique et une plume un peu particulière.

Il n’en fallait pas plus pour que j’ai envie de me plonger dans ce roman. Très vite quelque chose me dérange avec l’écriture, les formulations, la structuration… Je ne doute pas que c’est la marque de fabrique de l’écrivain. Mais je n’adhère pas tout. J’ai l’impression qu’on veut faire de l’esprit, des traits d’humour avec des gros sabots dans un monde assez absurde. Des jeunes filles disparaissent dans un couvant dont il ni a aucune issue pour s’échapper. Le capitaine Floris doit mener l’enquête. Il sent que quelque chose de louche traîne là-dessous et il n’a pas envie de savoir quoi. Trouver une solution pour qu’il garde les mains propres, voilà à quoi il réfléchit. La réponse est évidente. Il va faire appel à un ancien indic qu’il va faire libérer temporairement d’une institution. S’il trouve la réponse, il sera libre sinon retour à la case asile. L’homme une fois dehors trouve que la société a drôlement changé.

C’est là que je trouve la plume Eduardo Mendoza très acerbe. Il critique sans détour le gouvernement après-franquiste espagnol. Abus de pouvoir, vol, détournement d’argent, corruption… voilà les maux qui touchent et détruisent une société qui devrait être plus juste et égalitaire. La pauvreté devient omniprésente avec son lot de souffrance, de violence et de malheur. Un cadre idéal pour une histoire de personnes très malhonnêtes. Trouver des cadavres n’est pas surprenant et trouver des gens pour tuer contre un peu d’argent l’est encore moins. L’aventure promet beaucoup d’actions et le narrateur vous racontera tout. Il n’est pas avare sur les détails. Mais cela ne suffit pas à me captiver. Je dois faire des pauses de lectures car tout est trop dense et ennuyant à la fois. Le temps passe et je n’ai qu’une hâte : connaître la fin du roman. Et voilà, qu’enfin au bout, je suis déçue. J’ai exactement ce à quoi je m’attendais. Par conséquent, je ne vais pas continuer à pour suivre la trilogie ni découvrir les autres romans de cet écrivain.

Un roman qui contrairement à beaucoup ne m’a pas du tout convaincu ni par son style ni par l’intrigue. Faut-il pour autant se résoudre à lire Agatha Raisin ?

2 réflexions sur “Le mystère de la crypte ensorcelée – Eduardo Mendoza

  1. Pingback: Challenge lecture 2019 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturel mai/juin/juillet 2019 | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s