Le chef du Nobunaga – Tome 2 – Mitsuru Nishimura et Takuro Kajikawa

Oda Nobunaga va devoir affronter les forces des Kitabatake. Il sait que le chef de famille est un grand stratège et un homme de parole. Peut-être que la paix réside dans une autre stratégie que les armes et le sang?

La nourriture n’est pas simplement un moyen de survivre. Un bon repas peut changer la face du monde. Nobunaga est en persuadé. D’ailleurs, il va envoyer Ken préparer un repas pour le chef de famille des Kitabatake. Et l’ordre est formel : « C’est toi qui mettras fin à cette guerre ». Comment est-ce possible? Ce conseiller de second à l’ordre impérial le pense aussi. « Comme je m’en doutais, ce type n’est qu’un parvenu qui a réussi grâce à la force. Un singe de montagne aussi vulgaire que violent!! Comment pourrais-je prendre face à un illettré ». Mais une fois qu’il goûte la préparation de langouste d’Ise, huître et d’ormeaux quelque chose d’improbable se passe. « Cela signifie t’il que je suis en retard par rapport à Nobunaga culturellement parlant? « . La seule chose qui lui reste à faire est de plier face à cet homme qu’il méprisait. La cuisine devient une arme qui ne nécessite aucun mort. Car la réaction est semblable face au Shogun. Ce grand maître est prêt à l’enlever et le soumettre à sa volonté. Bien entendu, Nobunaga avait prévu cette réaction et sa soumission. Personne ne peut rester insensible à sa cuisine. Et quand il faut faire preuve d’inventivité, les souvenirs du passé de Ken reviennent à la surface. L’innovation séduit aussitôt tous les invités qui voit en Nobunaga un homme d’avenir.

Ce tome permet de mieux connaître Oda Nobunaga. Cet homme avait un idéal pour changer la face de son pays. Il faut unifier toutes les contrées pour créer une nation unie et forte comme celle qui l’entoure. On parle des barbares d’occident mais l’auteur n’oublie pas de citer les chinois. L’époque Ming est une période très florissante et leurs savoirs-faire atteignent tous les secteurs. Le Japon doit changer s’il veut faire face aux attaques ennemies et rayonner par sa culture. Oda Nobunaga n’a pas le choix de prendre les armes et conquérir territoire après territoire. Parfois, la voie diplomatique permet d’avancer en paix. Ken l’aide à mener à bien sa stratégie de conquête. La confiance de ces subalternes va en grandissant. Ceux qui sont prêts à lui confier sa vie deviennent de plus en plus nombreux. Petit à petit, sa réputation grandit, les écrits donnent traces à son histoire. Ainsi aujourd’hui, son nom reste parmi « les trois grands héros ». Le personnage principale reste important car sa cuisine change les rapports de force. Il prépare des choses incroyables qui réveillent les papilles. Une référence au 21ème, nous permet de nous rappeler les origines de Ken. Un court flash-back avec un restaurant qui propose un buffet à volonté. Un déclic qui résout le souci de vaisselle et surprend les invités du nouvel an. Une nouvelle création qui trouvent des adeptes aussitôt qu’ils ont été servis. Le lecteur n’est pas en reste car il ne faut pas lire le manga le vendre vide. Très vite, une envie de japonais va faire poindre le bout de son nez.

Une suite toujours aussi audacieuse et précise. Que va t’on découvrir par la suite?

 

2 réflexions sur “Le chef du Nobunaga – Tome 2 – Mitsuru Nishimura et Takuro Kajikawa

  1. Pingback: Challenge lecture 2019 – 150 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturel mai/juin/juillet 2019 | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s