Killing Time – Kid Toussaint et Chris Evenhuis

Gyorgi Owens, le tueur des hôpitaux a été reconnu coupable de 34 homicides et purgera sa perpétuité à la prison de Saint James. Le sergent Sam Justice a donné toutes les accréditations à la journaliste Isabelle Bouffays de l’Inquest. Va t’elle pouvoir découvrir l’homme qui se cache derrière le meurtrier? 

Isabelle Bouffays se rend dans la prison de Saint James pour découvrir l’histoire du meurtrier Gyorgi Owens. Son premier meurtre date de l’effondrement des tours aux Etats-Unis. Un policier coincé sous les décombres lui demande de le tuer pour achever ces souffrances. Le second, c’était presque un an plus tard. Un patient atteint de tumeur qui envahissaient son corps et qui le faisait souffrir. Lors d’une discussion l’homme lui a demandé de l’aider en le tuant. Après une petite injection, le problème était résolu. Puis à la demande des patients, il pratique l’euthanasie active. Le taux de décès ne cesse d’augmenter et dans différents hôpitaux. Le sergent Sam Justice remarque un point commun entre toutes les victimes : une main posée sur leur coeur. Puis il y a ces victimes du suicides assister, il les aidait à réussir à mourir comme il le souhaitait. Gloria par exemple a fait de nombreuses tentatives de suicide ratée. Pourquoi? Elle ne voulait pas mourir seule. Alors il est resté à côté d’elle pendant quand elle était dans son bain après s’être tranchée les veines. Comment trouvait-il ces personnes? D’une part via son travail à l’hôpital et d’autres part via SOS Suicides qui lui a permis d’étoffer son carnet d’adresses. Mais la réalité est tout autre. Sa mère prostitué le battait avant de l’abandonner. Les mourants ne l’étaient pas forcément. Chacun se raconte les histoires dont il a besoin pour se rassurer.  Et cela est bon aussi dans le cas de la journaliste. Qui est-elle vraiment?

Tout semblait normal comme histoire avec une journaliste qui voulait avoir des informations sur un meurtrier. Elle souhaitait recueillir sa vision de ces actions. La police donne son accord à la condition d’avoir des explications sur son dernier meurtre qui ne correspond pas à sa méthodologie. Le piège était là pour savoir ce qu’il serait prêt à dire. Toutes les révélations ne sont pas bonnes à faire surtout quand on ne sait pas à qui on parle. Un chouette retournement de situation qui ouvre d’ailleurs sur des possibilités de suite. La journaliste est une tueuse à gage et elle sait comment changer d’identité. On pourrait la retrouver dans une nouvelle aventure.

 

La structure est assez bien construite avec un jeu de flashback qui se fait avec le témoignage du meurtrier, les questions de la journaliste et l’enquête du policier. Entre les cases assez sombres apparaissent des pages avec des fonds blancs et un trait plus léger. On assiste à des discussions entre deux petits vieux qui parlent de maladie et de mort. Le personnage de l’infirmer apparaît de temps à autre. Un décalage ingénieux qui fait rupture et lien en même temps. Car grâce à cette histoire qui semble légère on comprend le dénouement de la bande dessinée.

Une bande dessinée dans la lignée de série comme « Esprit criminel » qui devrait séduire les passionnées de policier et de meurtres.

2 réflexions sur “Killing Time – Kid Toussaint et Chris Evenhuis

  1. Pingback: Challenge lecture 2018 – 300 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturel décembre 2018 | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s