Pink Diary – Tome 8 – Jenny

Quand les coeurs s’ouvrent, de nouvelles possibilités s’affichent. Les peines, les souffrances vont pouvoir rester derrière et chacun va pouvoir avancer. Un happy end qui va enchanter toutes les lectrices. 

Jenny nous avait donné tous les éléments dans le précédent tome qui annonçait la fin de la série. Ainsi Sachiko qui avait énormément maigri, os apparents est sorti du coma grâce à la présence de ces amis et de sa mère. Un nouveau départ se profile. Sa mère a enfin quitter la maison de repos et a trouvé un emploi pour qu’elles puissent vivre ensemble. Doucement, son rapport à la nourriture change et le bien-être se profile. D’autant plus que Tommy et Kenji sont restés dans son entourage proche. Une histoire d’amour avec Kenji semble également possible maintenant qu’elle se sent mieux.

Pour Kiyoko, elle devait choisir entre Seï et Tommy. Mais après une nuit de folie avec Seï, elle décide que cela sera lui son amoureux. On ne sait pas si elle avait couché avec les deux, elle aurait fait le même choix. Il ne faut pas oublier que c’est une histoire de midinettes mineurs alors moralement, elle ne pouvait pas tester les deux voir les deux en même temps. Là, il aurait fallu changer la cible de lecture du manga. Comme leur première soirée a été concluante, ils vont vivre ensemble. On suppose qu’ils auront au moins un enfant et qu’ils auront une vie heureuse entouré de leurs familles aimantes.

Sophia qui a failli mourir d’un arrêt cardiaque. On ne sait pas si elle a pu avoir une greffe cardiaque mais elle a eu une petite fille. Elle reste en contact avec Kiyoko par courrier.

La peste Akémi s’est adouci et vit une petit idylle avec Yuki. Elle va devenir moins méchante mais ne va pas s’excuser de son détestable comportement vis à vis des autres. A croire que quand les filles coupent leurs cheveux, elles deviennent plus adultes. Kiyoko a également coupé ces long cheveux quand elle emménage chez Seï.

Jenny a mené son histoire d’un bout à l’autre avec cohérence et suspens avec une grosse dose d’amitié et d’amour. Elle a adapté tous les codes des shojos avec des femmes versatiles, toujours au bord de la crise de nerfs qui ont bien des difficultés à s’exprimer. Les sentiments fort perturbent tout et crée le chaos. Par chance, tout fini toujours bien. Tout le monde va être heureux. Une petite remarque quand même, notre dessinatrice made in France a quelques difficultés avec les corps nus qui deviennent assez asexués. Et quand un plan se fait sur une poitrine, d’un coup elle gonfle au moins de trois tailles. Peut-être qu’elle devrait essayer de dessiner un hantaï pour voir. Elle pourrait faire une histoire avec plus de profondeur (je sais, c’était facile. Je sors).

Un shojo où toutes les thématiques sont traitées avec le harcèlement, le mal être, la différence, l’anorexie, la jalousie… Bref, tous les ingrédients nécessaire réunis pour plaire à toutes les adolescentes qui connaissent des doutes émotionnels (presque toutes non?).

7 réflexions sur “Pink Diary – Tome 8 – Jenny

  1. Pingback: Challenge lecture 2018 – 300 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s