On ne meurt pas la bouche pleine – Odile Bouhier et Thierry Marx

Des japonais se font tuer lors d’un séjour à Paris et d’autres à Tokyo. Des gens meurent tous les jours alors qu’elle est le souci ? Ils font partis de la même mafia japonaise. Qui peut-se cacher derrière tous ces meurtres ?

Il faut croire que l’intérêt de la cuisine par Thierry Marx n’a pas de limite. Ce chef étoilé a participé à l’écriture du roman « On ne meurt pas la bouche pleine ». Cette information avec le titre, vous indique que la cuisine va jouer un rôle important dans ce policier. Odile Bouhier crée un personnage comme on aime les retrouver dans la littérature de genre. Le commandant Simmeo (clin d’œil à Georges Siménon ?) possède un flair incroyable et un mauvais caractère. La vie lui a brisé le cœur car son aimée a été assassinée. Il aime bien boire et à une préférence non pour le cognac ou le whisky mais pour le champagne. (Une maison de Champagne s’est –elle payée une tranche de publicité ? Nous ne le savons pas.) Bien entendu, il est proche de la retraite et n’aime pas être manipulé par sa hiérarchie. Voilà que lui tombe sur le dos des histoires bien étranges. Son instinct lui dit que sous le meurtre de ces japonais se cache quelque chose de très louche. L’insistance de ces supérieurs à vouloir clore le dossier lui indique des hauts responsables sont impliqués. Grâce à son équipe de choc, des pistes vont s’ouvrir à lui.  

Très vite le nom d’un restaurant très côté va être évoqué. Le hasard n’existe pas vraiment. Il faut qu’il découvre le lien entre la gastronomie et ces meurtres au sein des yakuzas. L’auteure va nous donner des pistes avec des chapitres sur des rituels de cuisine. Ainsi on va se plonger dans une véritable enquête en France et au Japon au cœur des manipulations, de la cruauté et de la vengeance. Les pages se tournent assez vite mais c’est dommage que trop d’indices vont nous être laissé. J’avais trouvé l’identité du criminel dès sa première évocation. Le suspens était moins intense pour arriver à la fin. Et j’ai été dérangée par les explications qui sont plusieurs fois donnés sur des personnages ou des moments précis. J’avais l’impression de regarder une émission type « Top chef », où on voit l’action mais on doit quand même nous la décrire dans la voix off puis celui qui a fait l’action nous le réexplique. Au cas où le spectateur n’aurait pas compris au bout de deux descriptions. C’est peut-être une tendance qui arrive également dans la littérature. J’espère que non.

Il y a un aspect assez scientifique puisqu’il est question de poison et de traire des plantes vertes. La cuisine moléculaire, dada  de Thierry Marx est abordée avec beaucoup de précision. La pâte du cuisinier ne doit pas être très loin. En tout cas, cela a piqué ma curiosité car j’ai noté toutes les informations citées et j’ai hâte de savoir ce qui est véridique ou non. La science est au cœur d’une histoire de meurtre préparé, réfléchi et adapter à chaque cible. Intelligent et malin d’autant plus que l’auteure a laissé une fin ouverte. Si le roman rencontre son public, je pense que nous pourrons retrouver une nouvelle enquête de Simmeo au Japon. L’avenir nous le dira.

Malgré quelques répétitions, le roman reste agréable et se dévore d’une traite. Un parisien au Japon qui mène l’enquête sur des meurtres de yakuzas au poison, cela vaut le coup d’œil.

Lire l’avis de Selphique : « Même s’il m’a manqué quelques facteurs Émotion , j’ai trouvé que ce mélange des cultures était très intéressant. Il y a un travail de recherche et de passion culinaire qui fait vraiment plaisir à lire, et donne l’eau à la bouche.  »

 

2 réflexions sur “On ne meurt pas la bouche pleine – Odile Bouhier et Thierry Marx

  1. Pingback: Challenge lecture 2018 – 300 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s