Isabella Bird – Tome 3 – Taiga Sassa

Isabella Bird garde sa joie de vivre et le plaisir de la découverte dans son périple. Chaque jour est une aventure et que de ravissements pour ceux qui savent s’émerveiller de la beauté simple. En plus, elle va utiliser un nouveau mode de transport et déguster des spécialités qui vont la conquérir.

 

Son voyage débute sur la route d’Aizu avec quelques surprises sur la route. Elle aperçoit une corde sur un arbre. Elle s’approche et joue avec. Par chance, Ito veille et lui explique la fonction de cette corde : elle sert à se pendre. Une occasion d’évoquer le nombre important de suicides. Une culture est bien difficile à comprendre en un voyage surtout que les différences sont notables selon les zones géographiques. Mais ces rencontres lui permettent de mieux s’approprier certains comportements. Un de ces porteurs va lui parler de la guerre de Boshin qui a ravagé aussi bien les Hommes que la terre. La reconstruction se fait laborieusement et lentement.

Rien de cela ne va altérer sa bonne humeur, car le mardi 2 juillet 1878, sur l’embarcadère de Tsugawa, elle va monter sur un bateau qui va descendre le fleuve lui permettant d’aller à Nigata. Avant de partir, il faut quelques courses et goûter quelques spécialités locales. Ito en profite pour faire le plein de gourmandises comme il aime. Ce qui n’est pas vraiment du goût d’Isabella. Sa contrariété s’affiche car elle voudrait manger autre chose. Un cri de désespoir qui n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Ito lui prépare un repas digne des grands princes. Ces pupilles et ces papilles lui seront pendant un long moment reconnaissantes.  Que de plaisirs qui ragaillardisses son enthousiasme pour faire le voyage. Pourtant le trajet s’annonce mouvementé. Elle n’est pas venue d’aussi loin pour avoir peur maintenant. Elle montrera trop d’enthousiasme qui ce qui déplaira fortement au bateleur. Mais ils arriveront entier à destination.

Isabella a hâte d’aller à la rencontre d’une connaissance anglaise. Elle tombe sous le charme de la fille du missionnaire, Ruth, une petite curieuse du monde et terriblement timide. Ensemble, accompagné de son père, ils vont se balader dans les rues. Les gens s’arrêtent devant la beauté de l’enfant. Ils s’émerveillent de sa blondeur et de ces yeux bleus. Mais ils craignent le religieux venu les convertir à la foi chrétienne. Des rumeurs courent sur le fait que c’est un homme dangereux. Une façon que certains ont de se préserver de l’étranger avec ces idées. L’enfant créera un pont entre les deux cultures. Un bouleversement risque aussi de changer le périple d’Isabelle. Ito n’est pas un simple accompagnant, il écrit régulièrement au ministre en racontant tout ce qui se passe. Une infiltration secrète bien réalisée. Toutefois, son ancien employeur est de retour au Japon et il compte bien retrouver Ito à ces côtés. Un conflit va éclater. Que va t’il se passer?

Tout comme les deux précédents tomes, le manga se dévore de tout en bout. Chaque petite histoire raconte un moment du voyage et surement une lettre écrite par l’aventureuse à sa soeur. Ce qui complique la réalisation d’un résumé court et concis. Il ni a pas d’information sans intérêt. Tout nous permet d’illustrer la complexité d’une culture surtout si différente de celle occidentale. La disparité entre la ville et la campagne restent très importantes. Toutefois, partout où elle va l’accueil est plutôt chaleureux. Le fait qu’elle soit accompagné d’un traducteur aide beaucoup. Et voilà qu’on apprend qu’Ito na pas tout dit de la situation à Isabella. Il est au final au service du ministre a qui il rapporte tout ce qui se passe. Et le botaniste Charles Maries souhaite qu’Ito revienne à son service comme il en avait été convenu lors de son précédent voyage. Le ministre ne veut pas l’aider dans cette démarche. Les idées ne lui manquent pas et il arrivera à son objectif. Comment va t’il faire? Nous en saurons plus dans le prochain tome. Taiga Sassa aborde la question de la religion. Le pays possède des religions polythéistes assez ouvertes et tolérantes. Le gouvernement accepte mal tout prosélyte monothéiste. D’ailleurs, il existe très peu de chrétien ou musulman au Japon. Un sujet bien amené même si on peut comprendre que l’homme convertisseur soit mal perçu. D’autant plus qu’il n’apprend pas la langue sur place pour faire son prêche. Le prochain tome va se faire attendre avec impatience. Il n’est pas dit que je ne me plonge pas dans le roman d’Isabella Bird sur son séjour au Japon afin de faire des comparatifs.

Un manga très intéressant reposant sur des faits véridiques. Affaire à suivre.

 

 

2 réflexions sur “Isabella Bird – Tome 3 – Taiga Sassa

  1. Pingback: Bilan culturel septembre 2018 | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Challenge lecture 2018 – 250 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s