Rouge Tagada – Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini

Le jour de la rentrée, Alex a repéré une nouvelle sur le banc de la cour. Toutefois, elle n’a pas osé l’approcher. Le hasard fera qu’elles deviendront meilleures amies. Vont-elles pouvoir le rester quoi qu’il arrive ?

 

Le regard d’Alex était attiré vers une jeune fille, assise sur un banc le jour de la rentrée. Elle n’a pas été la voir pour faire connaissance. En arrivant dans la cour, elle a fait genre qu’elle était détendue en allant discuter avec des copains. Mais discrètement, son regard ne quittait pas Layla. Par chance, Layla était sans sa classe de 4ème et la passion du théâtre les a rapproché. Une amitié sincère et solide se construit entre elles. Jusqu’au jour où Layla rencontre un garçon dont elle tombe amoureuse. Cela chagrine beaucoup Alex qui a des sentiments assez forts pour elle. D’ailleurs lors d’une après-midi entre copines, Layla va découvrir le pot aux roses. Vont-elles rester amies ?

Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini ont créé une série de bande dessinée sur divers sujets autour des adolescents au collège. Dans chacun des ouvrages, on retrouve la qualité graphique tout en douceur de Stéphanie Rubini. Et l’approche d’un sujet sensible auprès des jeunes par Charlotte Bousquet, ici c’est l’homosexualité. Comme les autres tomes, je constate le même défaut. Il ni a pas de fin à l’histoire. On installe les personnages, le lieu, le moment de vérité et cela s’arrête là. Une frustration de lecture que je trouve dommage. Même si l’on peut dire que cela permet une ouverture. Ainsi on peut discuter du sujet soit à l’école encadré par un professeur, au cdi ou avec des parents ouverts à l’échange. Si l’adolescent le lit seul chez lui, il risque d’y voir aussi le fait que tout ira mal, qu’il faut garder ses sentiments et ne pas en parler. Les adolescentes se séparent à la fin quand l’une découvre que l’autre est amoureuse d’elle. On aurait pu imaginer qu’Alex ait besoin de discuter de la situation avec quelqu’un de sa famille, un ami ou avec Layla. Qu’elle puisse trouver quelqu’un à qui se confier et qu’on l’a rassure sur ce qu’elle peut ressentir. La scénariste a choisi encore une fois de laisser le personnage principal face au désarroi et à sa tristesse.

Malgré des grandes qualités graphiques et scènaristiques, l’ouvrage n’est pas abouti. Le message de tolérance et d’acceptation de sa différence ne s’affirme pas jusqu’à la fin. Dommage.

L’avis de Moka : « Une tendre découverte de l’autre, une recherche de soi, une réflexion particulièrement bien menée pour un petit ouvrage comme celui-ci. De la fraîcheur et énormément de délicatesse: un coup de cœur sans aucun doute ! »

Dans la même série : Bulles et blues, Mots rumeurs, mots cutter et Invisible

2 réflexions sur “Rouge Tagada – Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini

  1. Pingback: Challenge lecture 2018 – 250 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturel septembre 2018 | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s