La coquetière – Linda D. Cirino

Dans le sud de l’Allemagne, Eva mène une existence difficile dans la ferme familiale. Chaque jour, il faut s’occuper des animaux, de la terre, de la maison, des enfants… La prise du pouvoir par les nazis va changer à jamais ces habitudes et sa vision du monde.

Eva a grandi dans une famille nombreuse. Une fois qu’elle a eu ces 16 ans, son père l’a marié à un jeune garçon du coin. Tous deux avaient maintenant une ferme à gérer avec des poules. Entre eux, ce n’est pas le grand amour mais à cette époque on ne parle pas des sentiments. Le garçon à l’air gentil et pas violent. Et surtout, elle n’est plus une charge pour sa famille. Elle est une charge pour son époux maintenant. Par conséquent, elle travaille pour faire vivre la nouvelle famille surtout que très vite deux enfants vont montrer le bout de leur nez. En 1936, la ferme ne suffit plus à subvenir aux besoins. Le mari à du trouver un travail à côté de la ferme.

Eva se trouve couper du monde et des problèmes politique sous-jacent. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes. Puis un jour, elle voit arriver paniqué un jeune homme dans son jardin. Il lui demande de l’aide car on en veut à sa vie. D’un regard, elle sait qu’elle peut lui faire confiance. Par conséquent, elle va l’aider. Il lui explique simplement pourquoi il fuit. Elle ne comprend pas très bien pourquoi on veut l’emprisonner pour quelques papiers manquants. La montée de l’antisémitisme se fait sentir sauf pour quelques gens cloisonnés. Elle veut comprendre pourquoi les juifs sont des ennemis, qu’est-ce qu’ils ont de différents des autres ? Ces enfants inscrits à des clubs nazis la trouvent stupide de ne pas comprendre. Pourtant, elle sait au fond d’elle qu’on doit apprécier les gens pour ce qu’ils sont et c’est tout. Alors malgré le risque, elle va l’aider ce jeune garçon qu’elle va cacher dans le poulailler. Et elle aidera même une jeune fille que le couvent lui confiera. Grâce à eux, elle va découvrir le véritable sens du mot amour et tolérance.

Le titre n’était pas très aguicheur « La coquetière » avec une couverture avec des œufs. Mais bien souvent, il faut dépasser les apparences pour voir ce qui se cache derrière. Et ce roman de Linda D. Cirino livre un très joli texte plein de tendresse et d’humanité. On se doute bien que les gens qui vivent isolés dans les fermes à l’époque étaient un peu coupé du monde. D’autant plus les femmes qui n’avaient pas à comprendre ce qui se passait. C’est le rôle de l’homme de s’occuper des choses sérieuses. Mais l’homme est absent, parti au service militaire. Eva doit alors s’occuper seule de la ferme. En allant vendre ces œufs au marché, c’est un autre univers qui s’ouvre à elle. Puis cet homme en fuite qu’elle cache malgré la Gestapo qui le recherche. Certes, grâce à lui, elle découvre l’amour charnel. Mais surtout qu’elle peut réfléchir et prendre position. Longtemps, on l’a considéré comme stupide. Toutefois, elle possède l’intelligence du cœur. Elle protégera cet homme au risque de sa vie comme cette jeune fille mise dans un couvent par ces parents afin d’éviter qu’elle se fasse tuer. Un acte qui peut paraître simple. Toutefois les conséquences pour toute sa famille auraient pu être graves. Un acte de bravoure qui nous fait aimer cette Eva jusqu’à la dernière page. Car en parallèle de sa vie, on voit la montée du nazisme, les changements d’esprit et la peur qui s’installe.

Un très joli roman sur la résistance dans l’Allemagne pendant la montée de la pensée nazie. Une petite d’espoir qui fait chaud au cœur.

14 réflexions sur “La coquetière – Linda D. Cirino

  1. Pingback: Challenge lecture 2018 – 250 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Bigre, je n’aurais jamais cru que derrière un titre et une cover aussi peu accrocheurs, il se cachait ce genre de récit ! J’ai bien fait d’être curieuse et toi d’en parler 🙂 Bon, j’aimerais le noter, mais punaise, ma terrible PAL ne va jamais s’en remettre !

  3. PS : je suis admirative de ces gens qui, pour en sauver d’autres, on mit leur propre vie et celles de leurs proches en danger, avec des conséquences terribles, souvent :/ Je ne sais pas si j’aurais ce courage…

    • C’est une question que beaucoup se pose. Est-ce que je serais capable d’un tel courage?
      Par contre, il y a des gens où tu ne doutes pas du tout qu’eux seront des collabos.

      • Je me pose cette question sans cesse… Qu’est-ce que j’aurais fait, moi ?? Comme dans la chanson de Sardou.

        Pour d’autres, je ne fais aucun doute non plus…

      • On aimerait se dire qu’on aurait bien agit. Mais sous la pression et sous le stress, tout change. Et les gens à qui l’on croit pouvoir faire confiance deviennent moins fiable.

  4. Pingback: Bilan culturel septembre 2018 | 22h05 rue des Dames

Répondre à belette2911 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s