La Manufacture des histoires – Luc Fivet

Que peut-il se cacher derrière la manufacture des livres ? Peut-on créer à la demande des auteurs et des histoires ? Y a-t-il alors de farouches opposants à la lecture et l’évasion ?

La couverte, le titre et le résumé ont aiguisé ma curiosité à me plonger dans ce roman. Malecturotheque a été piqué par la même envie, alors nous avons décidé de nous plonger en lecture commune dans cette histoire. Dès les premiers mots, une forme de séduction littéraire se créée. La plume est fine, délicate et trouve toujours le mot juste. Mais le plaisir de lecture va se sentir contrarier par la structure du récit. Un narrateur, passionné d’écriture, écrit inlassablement des romans cependant aucun éditeur ne veut se lancer dans la publication. Alors pour vivre, avec son ami Abdel, ils vont chercher des livres chez des locataires décédés qu’ils revendent par la suite. Et voilà qu’un jour le narrateur rencontre un étrange homme qui va l’aider à réussir. Les portes de la réussite vont alors s’ouvrir à lui et il va plonger dans le monde de dedans. Ce monde étrange avec des gens riches puissants qui façonnent les esprits, la manière de penser, les tendances… L’amour sera au rendez-vous avec une femme plantureuse et légèrement niaise. La tranquillité ne sera que de courte durée car des gens veulent détruire d’un côté le monde du livre et l’autre le haut de la pyramide du monde du dedans.

On pourrait sentir dans le résumé de l’aventure, du suspens, des mystères… Il y en a mais je me demande dans quel genre littéraire l’auteur voulait écrire son histoire. J’avais l’impression qu’il hésitait entre du policier, du roman français et de la science-fiction. Et de ce fait, j’ai ressenti une sorte d’inabouti comme s’il voulait aller manger à toutes les boutiques sans en prendre le meilleur. Puis l’histoire, elle part parfois un peu loin sans que cela soit nécessaire. Je ne m’accroche à aucun personnage qui sont tous TROP quelque chose. Aucun personnage et surtout pas le narrateur antipathique, ne semble réel. Malecturotheque a ressenti la même chose dans la lecture. J’ai même du prendre des pauses car cela me demandait de faire des efforts pour avancer dans la trame. Heureusement que le style d’écriture permet de tourner les pages.

Une lecture au finale décevante. J’ai senti un certain potentiel dans les mots mais l’histoire est trop riche avec des personnages trop caricaturaux. Dommage.

Un grand merci à Malecturotheque pour cette lecture commune.

L’avis de Malecturotheque : « Je ne peux malheureusement pas vous conseiller la lecture de La Manufacture des histoires. Avoir un bon récit n’empêche pas d’avoir quelques longueurs et, personnellement, je ne lis pas des thrillers pour subir les fantasmes du héros. »

5 réflexions sur “La Manufacture des histoires – Luc Fivet

  1. Pingback: Challenge lecture 2018 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: La Manufacture des histoires – Ma Lecturothèque

  3. Pingback: Bilan culturelle juillet | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s