Paris à l’infini – Théâtre de la Contrescarpe

Paris inspire les artistes depuis toujours. Peintres, auteurs et chansonniers se sont emparés de la capitale pour y raconter des histoires d’amour et des passions incroyable. Caryn Trinca et Sébastien Debard ont cueilli leurs mots pour y raconter aussi l’Amour, celui qui enflamme et celui qui brise.

En cette soirée au théâtre de la Contrescarpe, la salle est remplie majoritairement d’hommes. Seraient-ils venus grâce au charme de l’interprète Caryn Trinca ? Cette femme, à la crinière de feu et au charme délicat va clamer la beauté de l’amour et de Paris. La capitale a de tout temps inspiré bien des chansonniers qui parlent de la beauté des rues, de la beauté des prostitués, des béguins possible à chaque coin de rues… Avec son binôme, ils ont rassemblé de nombreux extraits de chansons afin de proposer un voyage. Pas n’importe lequel. Un qui va à la quête d’une histoire d’amour réussie. La chanteuse accompagnée de son accordéoniste Sébastien Debard vont alors voguer en musique à travers le temps.

Le duo occupe l’ensemble de l’espace scénique qui se compose juste d’un banc blanc qui va bouger au besoin. Ensemble, ils vont se déplacer et jouer en parfaite harmonie. Une complicité se sent entre les deux artistes que cela soit dans les jeux de regard ou que cela soit dans les morceaux chantés conjointement. Un magnifique moment lorsque chacun s’approprie une chanson de Johnny Hallyday et se répondent. La construction de l’histoire est assez maligne et beaucoup de chansons vont parler au public qu’importe sa génération. On va entendre aussi bien Marie Paule Belle, en passant par Pierre Perret et par Sia. Même la chanson de Colette Renard, « Les nuits d’une demoiselle » a le droit de chant. Pour finir sur rythme endiablé qui ne pourra que vous mettre le sourire aux lèvres.

Un agréable moment en chansons interprétés par des artistes talentueux et passionnés. Faites un petit arrêt au caf’conc’ de la contrescarpe.

Une réflexion sur “Paris à l’infini – Théâtre de la Contrescarpe

  1. Pingback: Bilan culturelle juillet | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s