Tony Chu, Détective cannibale – Tome 7 – Dégoûts et des douleurs – John Layman et Rob Guillory

En sortant de l’hôpital, Tony Chu a encore plus les crocs pour mettre la main sur le vampire. Il a tué sa sœur jumelle. Sa vengeance sera terrible. Pour trouver des indices et s’aérer un peu la tête, il va s’investir à fond dans le travail. Cela va-t-il lui permettre de remonter la piste du suceur de sang et de pouvoirs ?


4ème de couverture
À peine sorti de l’hôpital et encore marqué par le deuil de sa soeur jumelle, Tony Chu se remet doucement au travail. Alors qu’il reprend du service, il doit affronter un culte de fanatiques d’œufs. Ces derniers ont déclaré la guerre à tous les mangeurs de poulets du monde. Pas évident pour un détective cannibale en pleine convalescence. Mais les dégoûts et les douleurs, ça ne se discute pas !


Ce que j’en ai pensé ?
Les précédents tomes avaient tendance à partir dans tous les sens. Mais revoilà le Tony Chu des premiers épisodes, concentré, avec un objectif et un poil dangereux. L’histoire se remet à filer dans un sens et nous mener vers un très gros méchant. Déjà Tony reprends du service à la RSA (Répression des Stupéfiants et des Aliments) et est plus motivé que jamais. Il est de toutes les enquêtes et fonce tête baissée. Pour mieux avoir des indices, il va même mettre de côté un peu le jus de betteraves. L’action est au rendez-vous. En plus, en fond nous avons le terrible Vampire qui veut recruter l’agent Chu. L’Église de la divinité de l’œuf immaculé qui veut imposer son dogme et prouver le bien-fondé de sa démarche. Mangeurs de poulet, tenez-le vous pour dit. Et Savoy qui œuvre en secret pour le bien de la planète. Il y a du lourd et ça promet une suite palpitante.

Le plaisir de lecture se trouve dans la qualité de l’écriture de John Layman qui ne manque jamais d’humour et d’impertinence. Ce tome se trouve vraiment bien structuré avec une seule et même histoire. C’est un vrai régal de tourner les pages. Rob Guillory qui m’avait déjà conquise dans les précédents tomes. Les dessins précis et avec les détails graphiques parsemé ici et là sont un ravissement pour les yeux. En plus, la mise en couleur est vraiment sublime. Cela doit grandement contribué au succès que connaît le comics aux Etats-Unis. Cet album se termine avec une image drôle qui ne peut que piquer la curiosité pour lire la suite. Les dégoûts et les douleurs, ça ne se discute pas.

Enfin un Tony Chu de retour comme je l’aime. La lecture de la suite ne va pas se faire attendre. 

7 réflexions sur “Tony Chu, Détective cannibale – Tome 7 – Dégoûts et des douleurs – John Layman et Rob Guillory

  1. Pingback: Bilan culturel du mois de mars | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Challenge lecture 2018 – 150 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: Objectif série bd – 2017 – 2018 | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s