Cabaret décadent – Cirque électrique

Bienvenue Mesdames et Messieurs dans le cabaret décadent du cirque électrique. Vous n’y trouverez ni clown blanc, ni animaux, ni jongleurs… Vous rencontrerez des hommes à chaussures à talents, des personnes qui retirent leurs vêtements ou des lampadaires parlants… Prêt à partir sous le chapiteau ?

Une fois que vous longez la longue allée du chapiteau, vous entrée dans une ambiance chaleureuse et survoltée. En attendant que le spectacle débute, profitez pour vous installer et commander une planche de charcute/fromage et un petit diabolo. Serveurs en roller et en talons aiguilles, maquillée avec précision font le service. En fond sonore, l’orchestre s’échauffe en produisant de la bonne musique. Les rires fusent un peu partout, les gens parlent avec leurs voisins même s’ils ne connaissent pas.  

21h00 approche. Certains restent à leur table et d’autre vont s’asseoir dans les gradins. La lumière doucement se tapissent et la musique reprend de plus belle. Un monsieur loyal, Otomo De Manuel, arrive, chaussure à talon en 46 1/2, short de sport et paillette sur le visage. D’une voix bien grave, il chante et anime avec passion et fougue la soirée. L’homme a de magnifique gambette dans ces chaussures. Tout comme tous les autres acrobates masculins qui seront présents. Ils ont ainsi des jambes de rêves comme plus d’une femme rêve d’avoir. En plus, ils se déplacement avec aisance dessus, je les jalouse secrètement. Parce qu’ils ne faut pas que marcher avec, ils courent, dansent, se lovent contre une barre de pole danse et vont même faire de la corde à sauter. 

Le spectacle ne résume pas à ces hommes haut perchés sur 10 cm. Accompagnés de charmantes acrobates, on va voir de la danse macabre, un petit numéro de fakir, de la contorsion, du mât chinois, de la roue Cyr, de l’équilibre, du trapèze, de la corde lisse…. Les agrès se suivent avec originalité et talent. Même si les numéros sont trop courts pour que l’on puisse voir l’étendue de leur capacité, on reste émerveillé par ce qui est proposé. Ma préférence va pour le mât chinois, les acrobaties et la danse queer. Les corps sont sublimés par les muscles, les percings et de tatouages.

Les 2h30 passent à une vitesse folle et on en prend plein les yeux. La musique jouée en live en magnifique et entraînante. Le cirque électrique s’affirme comme un lieu atypique et incontournable. 

 

 

Une réflexion sur “Cabaret décadent – Cirque électrique

  1. Pingback: Bilan culturel du mois de mars | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s